Après l’homosexualité au travail l’an dernier, la Fondation Émergence met le projecteur sur l’homophobie en ligne dans le cadre de sa campagne annuelle autour de la Journée de lutte contre l’homophobie, campagne qu’elle lance aujourd’hui. L’organisation québécoise cible plus particulièrement les réseaux sociaux où l’anonymat permet un déchaînement de violence.

«Un tiers des jeunes qui sont intimidés sur le Web signalent des symptômes de dépression», indique une étude américaine. Or, selon la Fondation Émergence, «les jeunes lesbiennes, gais et bisexuels seraient deux fois plus nombreux que les jeunes hétérosexuels à signaler la cyberintimidation et l’intimidation à l’école».

LA FIN DES PSEUDOS SUR INTERNET?
Pour lutter contre ce phénomène, un Registre des actes homophobes en ligne a été mis en place par l’association Gai Écoute au Canada. En France, les associations LGBT réfléchissent avec Twitter à un système de signalement des tweets homophobes. Parmi les autres mesures envisagées, la Fondation Émergence voudrait notamment «limiter l’utilisation de pseudonymes».

Chacun-e peut devenir un relais de cette campagne grâce aux visuels disponibles sur le site de la Fondation ainsi que sur Facebook.