Dans une de ses dernières tentatives pour faire barrage à l’égalité, La « Manif pour tous » drague le Conseil économique, social et environnemental (Cese). Mais le dépôt de centaines de milliers de pétitions au Cese ne freinera pas le processus législatif en cours.

Ce n’est pas faire injure au Cese que de dire que son poids dans la société française est très limité. Domicilié dans le sublime Palais d’Iéna (de l’architecte Auguste Perret), il réunit celles et ceux que la Nation veut récompenser (ou recaser) d’une façon ou d’une autre.

PÉTITION CITOYENNE
Une nouvelle disposition permet de le saisir par voie de pétition citoyenne. Il faut alors recueillir au moins 500 000 signatures. La Manif pour tous des anti-égalité a déposé le 15 février au matin des dizaines de cartons, qui contiendraient selon les organisateurs près de 700 000 signatures demandant au CESE de se prononcer sur la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe.

Le CESE doit se prononcer sur la recevabilité de la pétition et se prononcer dans un délai d’un an sur les questions soulevées. Son avis est consultatif et ne changera rien au processus législatif en cours. La Manif pour tous avait affirmé que l’attente de l’avis du CESE serait «suspensive», selon les organisateurs cité par le JDD. Mais contacté par francetvinfo, le CESE dément: «Si nous décidions de la recevabilité de cette pétition, l’attente de notre avis ne serait en rien suspensive.» «Nous sommes une assemblée consultative qui n’a pas pour objet d’interférer dans un processus législatif en cours », ajoute-t-on.

Ce qui vaut ce tweet cinglant de notre confrère Vincent Daniel de Francetvinfo:

La #manifpourtous remet ce matin ses pétitions au conseil économique et social, qu’est-ce que ça change ? Rien francetvinfo.fr/l-assemblee-na…

— Vincent Daniel (@VincentDanie_l) 15 février 2013