Depuis le début des débats, ils squattent la fameuse feuille jaune, sur laquelle est inscrit l’ordre du jour de chaque séance publique de l’Assemblée nationale. Ce sont «les cavaliers de l’apocalypse», selon les mots d’un membre de la majorité cité par Le Monde: Hervé Mariton, Jean-Frédéric Poisson, Xavier Breton, Marc Le Fur et Philippe Meunier forment le club des 6 anti-égalité, fer de lance du combat contre le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe.

Avec une régularité de métronome, le ou la président-e de séance annonce leur intervention sur un amendement ou un rappel au règlement. Aucun n’est une vedette dans son propre parti, mais depuis quelques jours, on ne voit plus qu’eux sur les écrans dès qu’il est question du mariage pour tous. Mercredi dernier, le président de la Commission des lois, Jean-Jacques Urvoas, avait qualifié leur attitude de «cause perdue». À trois jours – normalement – de la fin des débats au Palais Bourbon (avant l’examen du projet de loi par le Sénat), zoom sur ces croisés de l’anti-égalité.

xavier-bretonXavier Breton, député de l’Ain, est signataire de l’Entente parlementaire, «le droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de pouvoir s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère».

Sur son site, on apprend qu’il pratique le triathlon. On ne sait pas si sa marche sur l’Élysée, le 23 janvier dernier, pour demander à être reçu par François Hollande, faisait partie de son programme sportif du jour.

Membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, Xavier Breton a, au cinquième jour des débats, qualifié les député-e-s socialistes de «talibans du progrès».

marc-le-furMarc Le Fur, député des Côtes d’Armor, a lui aussi signé le texte de l’Entente parlementaire, il a commencé sa carrière eu début des années 80 comme sous préfet. C’est peut-être cette fonction qui lui a donné cette diction un peu sèche, que certains jugent proche de l’arrogance.

Début février, il présente un amendement au projet de loi, qui aurait permis le mariage religieux sans mariage civil préalable.

Jamais à court d’une citation littéraire, il s’est pourtant fait tacler par Christiane Taubira le 5 février. La ministre de la Justice cite le poète Léon-Gontran Damas et il réclame que ce dernier vienne dans l’hémicycle. «Il est mort en janvier 1978», lui répond-elle.

jean-frederic-poissonJean-Frédéric Poisson, député des Yvelines, est signataire de l’Entente parlementaire. Il détient le record des amendements déposés: 231. Jean-Frédéric Poisson est vice-président du Parti chrétien démocrate de Christine Boutin. Ce chef d’entreprise a également écrit plusieurs ouvrages consacrés à la bioéthique. Dans Bioéthique: l’homme contre l’Homme?, publié en 2007 où il se prononçait contre la PMA, pourtant autorisée en France pour les couples hétérosexuels. Sur le site NosDéputés.fr, qui comptabilise la participation des députés, on voit très clairement que Jean-Frédéric Poisson est beaucoup plus présent depuis le début de la discussion sur le mariage pour tous. Parmi les mots-clefs qui lui sont attachés arrive au premier plan les mots «GPA» et «homosexuel».

philippe-gosselinPhilippe Gosselin, député de la Manche, signataire de l’Entente parlementaire, siège pour la première fois au Palais Bourbon. Sur son site, il présente les valeurs auxquelles il croit: «l’homme, la famille, le travail, le mérite, l’équilibre des droits et des devoirs, la laïcité». Il ajoute: «Je ne veux pas d’une société où l’euthanasie et le cannabis seraient légalisés.» Particulièrement actif sur Twitter, il évoque une «offensive libertaire» à propos du projet de loi. En 2011, il avait signé l’appel pour que le gouvernement Fillon retire les manuels scolaires mentionnant l’identité de genre. Pendant les débats, il a réussi à provoquer, malgré lui, un fou rire de la Garde des Sceaux.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo, cliquez sur Le fou rire de Christiane Taubira

herve-maritonHervé Mariton, député de la Drôme, est aussi signataire de l’Entente parlementaire et il a mené la marche vers l’Élysée le 23 janvier dernier. Digne successeur de Christine Boutin comme fer de lance de l’opposition au projet de loi, il a le mérite de rester constant dans ses choix. En 2009, il s’était déclaré opposé à l’adoption par les célibataires et en 2010, il avait défendu l’avantage fiscal des jeunes mariés mais pas des jeunes pacsés ou des couples divorcés. Il n’accepte pas l’idée que les parents puissent être de même sexe et a bataillé amendement après amendement pour retarder le vote de l’article 4, fameux article balai. Dès les premiers jours des débats, tout le monde guettait ses tenues vestimentaires, objet d’un running gag sur Twitter:

 

Pour le 10e jour consécutif je suis à l’affût de la couleur du jour. J’attends d’apercevoir @hervemariton #Coloriton

— Florent Guerlain (@ff_ff) 7 février 2013

Depuis le 29 janvier, son discours lors de la discussion générale sur le projet de loi le site NosDéputés.fr a recensé pas moins de 139 interventions d’Hervé Mariton.


Discours de Hervé Mariton by lemariagepourtous

philippe-meunierPhilippe Meunier, député du Rhône, a un credo depuis le début des débats sur le projet de loi. Il ponctue chaque intervention d’un appel à la prochaine manifestation anti-égalité prévue le 24 mars. Signataire de l’Entente parlementaire, il avait créé la polémique en juillet 2011 en organisant un apéro saucisson-vin rouge, à la manière de l’extrême droite.

En 2011, à l’occasion du débat sur la proposition de loi socialiste sur le mariage (déjà!), Philippe Meunier avait exigé la démission du gouvernement de Roselyne Bachelot qui s’était prononcée en faveur du mariage. S’adressant à la Garde des Sceaux pendant les débats, il lance: «Pour satisfaire les demandes d’une minorité agissante, vous avez fait le choix de casser le code civil de tous les Français.»

Suivre Christophe Martet sur Yagg: @martetchris