Les député-e-s ne se sont toujours pas prononcé-e- sur l’article 4 du projet de loi «mariage pour tous», celui que l’opposition accuse de faire disparaitre les «père» et «mère» du Code civil. La journée d’hier, qui s’est poursuivie très tard dans la nuit une nouvelle fois, a surtout été marquée par l’insistance de l’UMP à exiger du gouvernement qu’il dévoile l’avis – confidentiel – du Conseil d’État sur le texte. Avis favorable, a fini par lâcher Christiane Taubira vers minuit. Tout ça pour ça.

Autre fait marquant, lié aussi à l’avis du Conseil d’État, un incident de séance lorsque Claude Bartolone, qui doit assister à un enterrement ce jeudi, a laissé la présidence de séance à Laurence Dumont, qui l’avait déjà assurée temporairement mardi. Christian Jacob et le groupe UMP multiplient les «rappels au règlement» infondés, ce qui est presque source de plaisanterie dans l’hémicycle (Claude Bartolone précède un certain nombre de passage de parole d’un «pour un vrai rappel au règlement» goguenard). Laurence Dumont avait visiblement décidé de ne pas se laisser marcher sur les pieds et a décidé de couper le micro de Christian Jacob au bout de deux minutes, le temps imparti pour une réponse au gouvernement. Elle a donc procédé au vote annoncé.

 

Le président du groupe UMP n’a pas apprécié de ne pas être autorisé à terminer ce qu’il avait présenté comme un rappel au règlement. «Bartolone! Bartolone!», ont alors scandé les député-e-s UMP. «Assis! Assis!», a répliqué la gauche. «L’opposition a alors envoyé quelques «Couchés! Couchés!», allusion à sa conviction que les député-e-s PS sont muselé-e-s par le gouvernement sur le projet de loi examiné.

Christian Jacob a tenté de monter à la tribune parler avec la députée du Calvados mais les huissiers l’en ont empêché.

 

Laurence Dumont a alors suspendu la séance pendant cinq minutes, ce qui n’a pas empêché les élu-e-s de continuer leurs échanges. Sur Twitter comme dans l’hémicycle, des «Machos!» se sont élevés, tant il semble évident que c’est parce qu’elle est une femme que les député-e-s de l’opposition s’en sont pris à la vice-présidente de l’Assemblée.

 

 

«Depuis le début du débat, l’opposition choisit la présidence de Laurence Dumont pour provoquer des incidents, a déclaré à Yagg le député EELV Sergio Coronado lors de la suspension de séance. C’est un déchaînement de la violence la plus sexiste qui soit. Je suis choqué par leur comportement menaçant, ordurier.»

En coulisses:

 

L’incident en vidéo:

Si vous ne  voyez pas la vidéo, cliquez sur Mariage homo : droite et gauche s’écharpent…encore – 7/02

 

http://youtu.be/uWvr36gz2As

‪Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Violent Clash entre Christian Jacob et la vice-présidente de l’Assemblée nationale‬

Et pendant ce temps…:

 

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis