La députée UMP Nathalie Kosciusko-Morizet dans un entretien donné lundi soir sur le site internet de Libération a annoncé son abstention sur le vote ouvrant le mariage aux couples homosexuels.

«Ce n’est pas un refus de choisir, mais une abstention militante et engagée, explique la députée de l’Essonne. À la fois mon accord pour l’union de deux personnes du même sexe, et ma détermination contre la porte ouverte à la GPA et la PMA

«J’estime que la reconnaissance doit être identique pour les couples homosexuels et hétérosexuels, affirme aussi Nathalie Kosciusko-Morizet. S’il ne s’était agi que de cela, j’aurais d’ailleurs voté oui. Mais le gouvernement a volontairement pollué le débat avec la GPA.» GPA et PMA ne figurent pas dans le projet de loi, mais depuis le début des débats, l’UMP n’a de cesse de les remettre au cœur des discussions.

Seuls deux députés de l’UMP, Franck Riester et Benoist Apparu ont annoncé qu’ils voteraient pour le projet de loi autorisant le mariage aux couples de même sexe. Néanmoins, NKM ne sera pas la seule élue à s’abstenir dans les rangs de l’opposition parlementaire. Bruno Le Maire a déclaré sur son blog qu’il en ferait de même et d’autres député-e-s UMP pourraient faire de même dans les prochains jours. Le Monde évoque notamment les «hésitations» d’Axel Poniatowski et de Gilles Carrez.

«Ma position est connue, je l’ai écrite sur mon blog en octobre», dit aussi NKM. En janvier un amendement dont elle était l’auteure proposait de supprimer l’article premier (qui ouvre le mariage) du projet de loi. Amendement rejeté en commission des lois.

Et lorsque Libération lui demande si son abstention serait liée à sa possible candidature à la primaire UMP de mars 2014 afin de briguer la mairie de Paris, elle assure que ses «positions ne sont pas corrigées en fonction des données saisonnières ou électorales»: «J’ai trouvé toutes les injonctions sur le sujet du mariage détestables, dans un sens ou dans l’autre».

Une façon de répondre à Roselyne Bachelot qui, lors de la manifestation pour l’égalité des droits du 27 janvier, soulignait que pour être candidat-e à Paris, «être gay-friendly, ce n’est pas une condition suffisante mais c’est une condition nécessaire».

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur L’avertissement de Bachelot à NKM et François Fillon

Photo Arnaud Perrin