Sur France Inter, Jean-Claude Ameisen, président du Comité national consultatif d’éthique (CNCE), a répondu aux questions de Pascale Clark, suite aux débats parfois virulents sur la Procréation médicalement assistée. Jean-Claude Ameisen préfère lui parler d’Asssistance médicale à la procréation (AMP).

PAS BESOIN D’ÉTATS GÉNÉRAUX POUR RENDRE UN AVIS
Il a confirmé que le CNCE s’était autosaisi de la question de l’AMP jeudi 24 mars et que le Président de la République ne le saisirait pas. Selon Jean-Claude Ameisen, le CNCE n’a pas besoin de tenir des états généraux pour rendre son avis. C’est à l’Assemblée nationale de dire s’il y a lieu de tenir des états généraux en parallèle de l’avis rendu par le comité. Pour Jean-Claude Ameisen, «des citoyens pourraient participer à ces états généraux,  s’informant, dialoguant ensemble pour élaborer une réflexion.»

DÉSIRS PERSONNELS
Côté calendrier, Jean-Claude Ameisen estime qu’il a besoin de quelques mois pour rendre un avis et de six mois pour le rapport des états généraux tout en précisant: «À partir du moment où la contribution est distincte et complémentaire du débat politique et du débat des pouvoirs publics, c’est une bonne chose.» Il a tenu aussi à définir la question de fond autour de ce débat:  «La question générale, et pas seulement pour les couples de femmes, c’est: est-ce que la médecine doit répondre aussi à des désirs personnels, à des demandes sociétales, quand elles ne sont pas dues à une maladie.»

Écouter l’interview intégrale de Jean-Claude Ameisen, président du Comité national consultatif d’éthique par Pascale Clark:

Pour suivre Yagg sur Twitter: @Yagg