Les député-e-s étaient sur le pied de guerre hier soir au pied du perchoir de l’Assemblée nationale: peu avant 22 heures, ceux/celles de la majorité faisaient bloc autour de la Garde des Sceaux Christiane Taubira, face à l’opposition très remonté-e-s contre la ministre.

Quelques minutes plus tôt, elle avait avec virulence condamné les propos du député UMP Élie Aboud. Celui-ci a indiqué réagir à Christian Assaf (PS), qui avait déclaré mercredi: «Le temps du triangle rose est terminé». Élie Aboud lui a répondu hier soir: «Un pédopsychiatre reconnu (…) alerte toute la société et ce n’est pas du triangle rose qu’il parle mais d’un triangle noir avec “SOS Danger”». Durant la seconde Guerre mondiale, les nazis imposaient aux prisonniers homosexuels le port d’un triangle rose. Le noir était réservé aux personnes considérées comme socialement inadaptées, notamment les lesbiennes.

«VOUS ÊTES INDIGNE DES RESPONSABILITÉS QUE VOUS EXERCEZ!»
Dans sa réponse aux interventions des député-e-s, Christiane Taubira a considéré «inqualifiable de faire un mot d’esprit sur une expression pareille». Le président du groupe UMP Christian Jacob lui a alors rétorqué: «Vous êtes indigne des responsabilités que vous exercez!», rappelant que c’est un député socialiste qui a le premier évoqué le triangle rose.

Pour calmer le jeu, le président de l’Assemblée a prononcé une suspension de séance. À la reprise quelques minutes plus tard, Christian Jacob a réclamé de Christiane Taubira «un mot d’apaisement». La Garde des Sceaux a persisté sur sa ligne d’attaque: «Vous nous donnez des leçons de vocabulaire! Quand dans vos rangs vous parlez d’enfants Playmobil? (…) Et vous voulez de moi des mots d’apaisement? C’est une alerte pour vous dire que vous ne pouvez pas tout vous permettre dans l’hémicycle!»

INCIDENT «CLOS»
La séance a une nouvelle fois été suspendue dans une ambiance très tendue. Les présidents de groupes ainsi que les ministres ont consulté le compte-rendu intégral des débats pour déterminer quels mots avaient exactement été prononcés. Lorsque la séance a repris plus de dix minutes plus tard, le calme était revenu. En ouverture, Claude Bartolone a assuré que l’incident était désormais «clos».

En aparté, un député de l’opposition a confié à Yagg que Christian Jacob avait implicitement reconnu la responsabilité d’Élie Aboud en réclamant un «mot d’apaisement» plutôt que des excuses à la ministre de la Justice.

Revoir les moments-clefs:

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Triangle rose: échanges houleux à l’Assemblée entre Christiane Taubira et Christian Jacob

Suivez la YaggTeam à l’Assemblée nationale sur Twitter: YaggJulien Massillon et Christophe Martet.