Députée de la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantique, d’où elle a chassé Michèle Alliot-Marie, Sylviane Alaux s’est fendue d’une intervention particulièrement forte et émouvante, en témoignant de son expérience personnelle de mère:

«Mon fils a été élevé dans l’amour et l’attention. Il est l’héritier des valeurs morales qui nous fondent son père et moi-même, et dont je ne permets à personne de douter. Mon fils vit avec l’homme qu’il aime. Il a choisi la liberté de dire, d’affirmer, de montrer ce qui fait son bonheur. Et de le vivre. Et il reste mon fils.»

Dans son discours, elle a très fermement condamné les propos tenus depuis plusieurs semaines par les opposant-e-s à l’égalité des droits: «Donner un sens à l’existence d’un enfant qui n’a pas eu sa première chance n’est pas le domaine réservé d’un papa et d’une maman, “idéalement” unis pour toujours, aimants et aptes a priori. Rien ne le démontre. Rien ne le prouve. Le prôner ne suffit pas. La réalité c’est qu’il peut arriver qu’un papa ou une maman soit absents et que le parent resté seul s’en sorte plutôt bien; qu’un papa et une maman échouent, ensemble; mais aussi que des parents – hétérosexuels – détruisent la vie d’un enfant.

«Il arrive aussi qu’une femme ait un enfant sans père, ailleurs que dans la Bible. Il peut enfin advenir qu’un couple homosexuel aime et accompagne un enfant jusqu’à ce qu’il vive pleinement sa propre existence. Celui qui prétend établir un lien entre ces réalités contemporaines et la sexualité de chacun est un imposteur.»

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Mariage pour tous: la députée Sylviane Alaux « Mon fils vit avec l’homme qu’il aime »

Ni une, ni deux, tous les prétextes sont bons pour monter au créneau: le député Hervé Mariton a saisi cette occasion pour un énième rappel au règlement, s’inquiétant que les député-e-s partagent de leur expérience personnelle dans le débat. A-t-il fait part de cette même remarque à son collègue Henri Guaino qui aime rappeler à qui veut l’entendre depuis quelques semaines qu’il a été élevé par deux femmes?

Lire l’intégralité de l’intervention de la députée Sylviane Alaux.