vendée-globe-440

Pour ralentir les débats autour d’un texte de loi, la manœuvre est bien connue des parlementaires: déposer un maximum d’amendements visant à obstruer la discussion. Pour les débats sur l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe qui commencent cet après-midi, ce sont plus de 5000 contre-propositions qui ont été déposées, dont une très large majorité par les députés de droite et d’extrême-droite.

ALLIANCE CIVILE ET IMMIGRATION NUPTIALE
Sans surprise, nombreux-ses sont les député-e-s à soumettre un amendement pour la création d’une institution spéciale couples homosexuels (pas comme le mariage, mais mieux que le pacs), «l’Alliance civile», avec parmi eux, Jean-François Copé, Henri Guaino ou Valérie Pécresse. Certain-e-s, comme Patrick Balkany, continuent de s’opposer à l’égalité en allant jusqu’à nier l’insécurité juridique des familles homoparentales. Enfin, les député-e-s d’extrême-droite Jacques Bompard, Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen n’hésitent pas à faire valoir le risque d’une «immigration nuptiale», comme conséquence de la loi.

LE RETOUR DE LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE
La Droite populaire s’est bien entendu saisie de cette opportunité pour remettre sur le tapis le refus de certains maires à célébrer des mariages entre personnes de même sexe. Selon l’amendement 55, les époux-ses auraient la possibilité de se marier dans une autre commune que la leur, en cas de refus des maires et de leurs adjoint-e-s d’assurer la célébration de leur mariage.

BOMPARD, CHAMPION DE LA PROVOC’
En les passant en revue, certains amendements en disent long sur la volonté implacable de certain-e-s parlementaires à s’opposer coûte que coûte à l’égalité des droits. Il est clair que la palme de la provocation revient indéniablement au député-maire d’Orange Jacques Bompard (Ligue du Sud) qui a redoublé d’inventivité pour pondre une série d’amendements tous plus absurdes les uns que les autres. Tout y passe : la suppression pure et simple du mariage, l’autorisation de la polygamie, ainsi que du mariage entre personnes d’une même famille avec les amendements 4667 et 4668, afin selon lui de supprimer «toute forme de discrimination». Avec l’amendement 4672, le député va jusqu’à proposer d’imposer le prénom de l’enfant, en proposant que celui-ci prenne le prénom de l’officier d’état civil qui reçoit la déclaration en cas de désaccord. Pour plus du pire des amendements, le Huffington Post publie un tour d’horizon des propositions les plus aberrantes qui seront soumises au débat parlementaire.

PMA, IDENTITÉ DE GENRE: LES AMENDEMENTS DE LA GAUCHE
Quinze député-e-s PS avaient déposé un amendement pro-PMA, mais celui-ci a été rejeté ce weekend. «Il a été déclaré irrecevable au motif que les parlementaires ne peuvent pas donner des injonctions au gouvernement» a indiqué à Mediapart un des co-signataires, le député Olivier Dussopt. Plusieurs député-e-s issu-e-s du groupe écologiste ont confirmé avoir déposé à leur tour un amendement pour lancer le débat sur cette question. La députée Marie-George Buffet a quant à elle déposé un amendement visant à ajouter la mention de l’identité de genre, afin que celle-ci soit aussi adaptée à la réalité des personnes trans’ et intersexuées dans le cadre du mariage.

Illustration: Gami