Les opposant-e-s au projet de loi ne reculent devant rien pour étaler leur homophobie au grand jour: après les banderoles déployées par la manif dite «pour tous», des membres de Civitas se retrouveront pour une prière de rue devant l’Assemblée nationale à 20h ce soir, sous la protection de la police.

Contactée par Yagg, la préfecture de police de Paris justifie cet encadrement au nom de la «liberté d’expression». «Il n’y a pas besoin d’autorisation, nous sommes dans un régime déclaratif», rappelle-t-elle. Le groupuscule Civitas, connu pour ses positions homophobes et sexistes, s’est donc contenté de déclarer son rassemblement nocturne à la préfecture.

Quant aux prières de rue, «elles ne sont pas interdites en tant que telles», poursuit la préfecture. C’est lorsque «leur périodicité et de leur ampleur» portent atteinte à l’ordre public que les forces de l’ordre sont en droit de les prohiber. Un emplacement a déjà été prévu pour que les militant-e-s de Civitas puissent prier.