Hier après-midi, alors que les manifestant-e-s pro-égalité battaient le pavé parisien, BFMTV, la principale chaîne d’infos en continu, a choisi de retransmettre… l’arrivée du Vendée Globe. Sur Yagg, son directeur de la rédaction avait pourtant promis de reconduire le dispositif que la chaîne avait mis en place pour la manif anti-égalité du 13 janvier, soit plus de 6 heures de direct, de nombreux duplex et six plateaux successifs avec chaque fois un intervenant pour et un intervenant contre (lire «Manif pour tous» / BFMTV: «C’était un événement important, nous l’avons couvert de manière importante»). Malgré la guerre au Mali.

Ce choix éditorial en a choqué plus d’un. D’abord sur les réseaux sociaux, puis sous la plume notamment de Daniel Schneidermann, d’Arrêt sur images. Dans son billet intitulé Gabart, La marche et les Pravdas du live, l’éditorialiste s’en est pris vigoureusement à BFMTV:

«Évidemment, ils démentiront. Ils plaideront l’exploit historique, les 78 jours, le record battu. Ils expliqueront qu’il faut choisir. Et pourtant, le 13 janvier, pour les autres, vous aviez tenu l’antenne toute l’après-midi ? On l’avait vue virevolter, la Barjot, devant vos caméras. Vous aviez fait télé Barjot. Alors? Alors, puisque vos cars-régie se trouvaient sur le parcours, puisque vos invités étaient réservés (et ont été décommandés au dernier moment), pourquoi n’avoir pas partagé votre antenne?»

Sur Ozap, Hervé Béroud, le directeur de la rédaction de BFMTV, se défend:

«On s’est retrouvé confronté à la pire des situations. Nous avions mis en place des gros moyens techniques à Paris pour suivre les manifestations pro-mariage mais aussi aux Sables d’Olonnes pour couvrir l’arrivée du Vendée Globe. Depuis une semaine, on prépare ces deux événements, nous avons fait de nombreuses réunions et diffusé de nombreux reportages sur ces deux sujets. Notre crainte était qu’ils se chevauchent et c’est malheureusement ce qui s’est produit… Nous n’y sommes évidement pour rien et nous aurions préféré que cela se passe différemment. Face à ça, il a donc fallu faire un choix, avec regret. Il m’a semblé que l’arrivée, en direct, de la plus grande course de voile du monde, avec un record à la clé et des images toujours impressionnantes, méritait notre préférence.»

Les sujets en direct de la marche ont donc été annulés, les invité-e-s décommandé-e-s à la dernière minute, parmi lesquels Christine Boutin ou Dominique Reynié, qui s’en sont plaint-e-s sur Twitter.

COURRIER AU CSA
Une situation scandaleuse pour le député PS Sébastien Pietrasanta, qui a écrit ce lundi un courrier au CSA.  Si le député rappelle d’emblée que «le temps de l’ORTF est terminé et il n’est pas du rôle de l’État d’imposer des programmes ou de contrôler le traitement de l’information», il souligne que le rôle du CSA est bien d’«assurer le respect de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans les programmes des services de radio et de télévision, en particulier pour les émissions d’information politique et générale». Dans ce cadre, il l’incite à s’interroger sur «le traitement de l’information relatif au mariage pour tous depuis le 7 décembre 2012, date de présentation du projet de loi en conseil des ministres, en [lui] demandant la transparence et la publication des temps de parole alloués à chacune des parties en présence». (lettre ci-dessous, via Le Lab)

Lettre CSA by

Le directeur de la rédaction de la chaîne info ne s’en émeut guère, toujours sur Ozap:

«Soit, mais BFMTV a fait son travail. Elle donne depuis le début des discussions la parole aux opposants comme aux partisans. Et elle continuera à le faire dès mardi avec le début des débats sur le texte à l’Assemblée nationale.»

Peut-être un indice que la décision était sans doute dans l’air depuis plusieurs jours: les journalistes de la station avaient reçu un conducteur de 6 pages pour la manifestation du 13 janvier quelques jours avant la marche (nous nous le sommes procurés, lire le document pdf); cette fois-ci ils n’ont rien reçu du tout.

Photo Xavier Héraud (Un manifestant à Paris le 27 janvier)

Suivez Xavier Héraud sur Twitter: folkfurieuse