twitter 225La société SQLI Group, spécialisée dans le e-business, vient de dévoiler une étude sur l’évolution de l’opinion sur Twitter concernant le mariage pour tous.

Sur une période allant du 1er septembre 2012 au 21 janvier 2013, 153300 tweets «issus de comptes basés en France» et «comprenant les trois mots [mariage pour tous] dans les contenus ou le tag #mariagepourtous» ont été analysés. Les auteurs de l’étude précisent que ces tweets ont été «catégorisés en ”sentiment négatif” s’ils prennent position contre le projet «Mariage pour tous» et «“sentiment positif” s’ils le soutiennent». Les neutres, dont la proportion est qualifiée d’«historiquement faible» sur le sujet en question sont ceux qui ne «prennent pas position même s’ils diffusent des informations à ce sujet». Sur l’ensemble de la période, les «sentiments» autour du mariage pour tous se répartissent ainsi: «négatifs» 40%, «neutres» 8%, «positifs» 52%.

BASCULEMENT EN NOVEMBRE
Que remarque-t-on? Tout d’abord qu’il y a un basculement de l’opinion sur Twitter à partir du 5 novembre 2012. Avant cette date, le «sentiment négatif» est majoritaire. Il ne l’est plus après: le «sentiment positif» domine, progresse et de «façon définitive quelles que soient la mobilisation ou les prises de paroles qui vont suivre», note l’étude. Un basculement qui se situe entre les manifestations anti-égalité d’Alliance Vita du 23 octobre et la présentation et l’adoption du projet de loi en conseil des ministres le 7 novembre. Ensuite, «parmi les différents thèmes abordés dans les tweets, explique l’étude, les arguments émergents des opposants sont les interdits sexuels (polygamie, pédophilie, inceste…) tandis que ceux en faveur du projet sont le respect de l’engagement 31 et l’évolution logique de la société». Après novembre, la «protection de l’enfant» est le principal argument avancé par les opposants.

Rappelons que cette étude analyse l’état de l’opinion sur Twitter et non pas, comme dans un sondage, sur un échantillon représentatif de la population.

Lire l’intégralité de l’étude.