L’UMP tenait ce matin une convention consacrée à la famille. Le mariage pour tous était au centre de quasiment toutes les interventions – pour la plupart très opposées au texte, à l’exception d’un discours passionné de Franck Riester en faveur du projet de loi. Si beaucoup de propos tenus ont été très virulents, notamment ceux de Laurent Wauquiez qui a affirmé que le projet de loi était une «destruction et un affaissement de tous les repères», la palme revient à Tugdual Derville, délégué général de l’association anti-avortement, anti-euthanasie et anti-égalité des droits Alliance Vita. Ce dernier n’a pas hésité à tracer un parallèle entre les couples homos et les couples de handicapés mentaux, qui peut laisser penser que l’homosexualité est une maladie mentale (l’Organisation Mondiale de la Santé l’a rayé de la liste des maladies mentales en 1990). Évoquant le «désir d’engendrement», le co-porte-parole de la manifestation du 13 janvier explique la chose suivante:

«Mais justement, en démocratie, par rapport à tous nos désirs, il n’y a pas que ce désir-là. Il n’y a pas que les personnes homosexuelles qui peuvent être concernées par ce désir. Moi, j’accompagne beaucoup de personnes qui ont des problèmes de handicap mental et qui souffrent aussi de l’impossibilité pour elles de se marier. Parce que ce n’est pas possible non plus pour elles.»

Écouter le son, isolé par les journalistes du Lab

Sur Twitter, Tugdual Derville a commencé par nier les propos rapportés par d’autres internautes:

derville1

Puis, devant l’évidence, il tente de noyer le poisson et affirmer récuser «ce type d’amalgame»:

Photo Peter17