Dans un avis rendu public lundi 22 janvier, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande de  lever l’interdiction des soins de corps pour les personnes décédées des infections par le VIH et les virus de l’hépatite B ou C. Cette recommandation est un coup de pouce important pour les associations qui réclament depuis des années de mettre fin à cette discrimination sans aucune justification scientifique.

Saisi en février 2012 par le Direction générale de la santé et la Direction générale du travail sur les risques liés aux pratiques de thanatopraxie et sur la possibilité de lever l’interdiction des soins de thanatopraxie pour les personnes décédées d’une des pathologies infectieuses, le HCSP fait une série de recommandations qu’il résume ainsi:

  • une bonne information des familles de défunt-e-s sur la réalité des soins de thanatopraxie doit être délivrée;
  • les actes doivent être réalisés exclusivement dans des locaux dédiés, spécifiques, et dans des conditions qui permettent de réduire les risques;
  • les thanatopracteurs soient correctement formés à l’hygiène et à la sécurité.

En juin dernier, suite à une demande des associations, Marisol Touraine, ministre de la Santé, avait fait savoir à Yagg qu’elle souhaitait mettre fin aux discriminations mais qu’elle avait besoin de temps pour réunir un comité interministériel. D’après nos informations, c’est du côté du ministère de l’Intérieur que les choses coincent. L’avis du HCSP (que vous pouvez lire dans son intégralité en PDF) va-t-il permettre de relancer la dynamique? À suivre.

Suivez Christophe Martet sur Twitter: MartetChris