konig-et-konigLa jolie fiction de König & König, le livre pour enfants de Linda de Haan (photo ci-contre), deviendra-t-elle un jour réalité? Un prince tombe amoureux de son ami et ils finissent par régner de concert sur le pays.*

Un parlementaire britannique proposera un amendement à la nouvelle loi de succession au trône au Royaume-Uni, une loi qui doit permettre au premier né du Prince William, Duc de Cambridge, et de Catherine, Duchesse de Cambridge, de régner, qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille. Le parlementaire Paul Fly cherche à introduire un amendement qui inclura l’éventualité d’un successeur gay ou lesbienne au trône.

Si l’amendement est accepté, on pourrait voir un prince ouvertement gay ou une princesse ouvertement lesbienne accéder à la couronne et épouser son compagnon ou sa compagne du même sexe, qui deviendrait prince consort ou princesse consort. Tout enfant de ce couple, qu’il soit né par insémination artificielle ou adopté, entrerait normalement en ligne pour la succession. Pour l’instant, les enfants adoptés ne jouissent pas du droit de succession au trône au Royaume-Uni.

On est en attente de la décision du porte-parole du Parlement, John Bercow (speaker of the House of Commons) qui doit accepter la prise en considération de l’amendement. Il se pourrait bien que cet amendement rencontre un large consensus tant au Labour que chez les conservateurs ou chez les libéraux-démocrates.

La succession deviendrait asexuée au Royaume-Uni. Le problème de l’amendement gay de Paul Fly, c’est qu’un roi en exercice au Royaume-Uni est aussi automatiquement le Gouverneur suprême de l’Église d’Angleterre, qui n’est pas favorable au mariage des personnes de même sexe.

*Dans un joli royaume, la reine se faisait vieille et souhaitait se retirer. On fait donc savoir que son prince de fils est à marier et les princesses affluent au palais de près et de loin. Mais voilà que le prince tombe amoureux du frère d’une des princesses prétendantes à la couronne. Cet amour est partagé, aussi les deux princes se jurent fidélité éternelle, s’unissent par les liens du mariage, sont heureux et règnent ensemble sur le joli royaume. Une pièce de théâtre a été tirée de ce conte et jouée en Autriche.

Via Pink News

Luc Lebelge

En partenariat avec Munich and Co.