À l’occasion de la sortie de Black City Parade, le nouvel album d’Indochine, Nicola Sirkis fait le tour des médias. Et saisit toutes les occasions de s’étonner de la vague d’homophobie qui s’est emparée de la France.

«On a écrit une chanson il y a 25 ans, 3e sexe, et je suis atterré qu’elle soit encore d’actualité, a-t-il déclaré sur Europe 1. (…) C’est la première fois que des gens manifestent pour enlever ou ne pas donner des droits à d’autres gens. (…) Je pense que tous les gens qui ont été manifester ou qui sont contre [le mariage pour tous] auront forcément à un moment donné honte dans quelques années.»

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Nicola Sirkis: les opposants au mariage gay «auront honte dans quelques années»

La semaine dernière, il déclarait sur RTL: «Ça doit être extrêmement difficile pour un jeune gay de revendiquer son homosexualité. Le pays est dans une telle vague d’homophobie totalement absurde que c’est assez difficile. Être aujourd’hui homophobe, ça veut aussi dire être raciste: c’est la même chose. Homophobe, ça veut dire ne pas donner, par exemple, le droit de vote aux femmes, dans les années 30.»

Lire aussi l’interview publiée dans Muse & OUT.

Toutes les infos sur les rassemblements pour l’égalité des droits partout en France.

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis