Les député-e-s de l’opposition avaient prévenu. Le débat à l’Assemblée allait être violent, et avant même avoir commencé, le ton est déjà monté. Cet après-midi, lors de la séance traditionnelle des questions au gouvernement, Henri Guaino a demandé au gouvernement d’en appeler au référendum pour faire passer la loi sur le mariage pour tous. Sur un ton déclamatoire qui n’était pas sans rappeler un fidèle gaulliste André Malraux, Henri Guaino, ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy et député UMP des Yvelines depuis juin, a d’abord rappelé le succès de la manifestation anti-égalité du 13 janvier: «Ce fut un immense rassemblement, de familles, de gens simples […], supportant le coût et la fatigue du voyage. Ils ne voulaient pas qu’on décide sans eux […].»

Il poursuit, de plus en plus vibrant:

«Quand on touche à quelque chose d’aussi profond, qui ébranle tant de consciences […] Ici, la démocratie exige que le peuple ait la parole, non que ceux qui le représentent parlent à sa place. Le Président peut prendre la décision de soumettre cette question au référendum.»

Dans le brouhaha d’une opposition qui crie «Référendum! Référendum!», la ministre de la Justice Christiane Taubira a rejeté toute idée de référendum:

«Monsieur le député je ne vous ferai pas l’injure de vous rappeler le contenu de l’article 11 de la Constitution, qui définit les matières selon lesquelles le Président de la République peut […] convoquer un référendum.»

«Quel respect montrez-vous aux parlementaires qui vont se saisir de ce débat, qui vont le traiter avec du temps et sur le fond? […] Le gouvernement manifeste une fois de plus son respect vis-à-vis des citoyens qui s’inquiètent sur la propagande des fausses annonces que vous faites […].»

Suivre Christophe Martet sur Twitter: @martetchris

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Passe d’armes entre Henri Guaino et Christiane Taubira.