Samedi et surtout dimanche, BFMTV a consacré un dispositif important à la «manif pour tous», avec le 13 janvier, notamment, une émission spéciale de 6 heures, alternant les directs de la manifestation, les reportages et les plateaux où des invité-e-s étaient venu-e-s débattre. La première chaîne d’infos en continu française en a-t-elle trop fait? Fera-t-elle la même chose pour la manif du 27 janvier? Réponse(s) avec Hervé Béroud, directeur de la rédaction de la chaîne.

Pourquoi avoir consacré un dispositif aussi important à cette manifestation? Parce que c’est un événement d’actualité évident. Il suffisait de lire la presse lundi, de Libération au Monde, d’avoir écouté toutes les radios, regardé toutes les chaînes de télévision pour savoir que c’était un événement. Il n’y a pas tous les jours à Paris une manifestation d’au minimum 300-400000 personnes. Nous sommes une chaîne d’information en continu, la chaîne du direct et de l’événement. L’événement d’hier après-midi pour nous, c’était cette manifestation. Et au-delà de la manifestation, nous avons pris cela comme l’illustration d’un débat. Entre midi et 18 heures nous avons eu un plateau avec six débats différents, avec à chaque fois quelqu’un pour le projet de loi et quelqu’un contre. Les débats se sont prolongés dans la soirée puisqu’à 18h notre invité était un membre important du gouvernement, Michel Sapin, favorable au mariage pour tous, puis nous avons reçu plus tard dans la soirée Najat Vallaud-Belkacem ainsi que d’autres personnalités, hostiles elles au projet de loi. C’était un événement important, nous l’avons couvert de manière importante.

Ferez-vous la même chose pour la manifestation du 27 janvier? Oui, a priori. Après c’est aussi en fonction de la mobilisation. Si elle est importante, dans le même ordre d’idée que celle du 13 janvier, évidemment nous ferons la même chose. D’ailleurs nous avons déjà eu une réunion aujourd’hui pour commencer à la préparer. J’ai appris qu’elle allait de Denfert-Rochereau à Bastille, donc vous voyez, nous commençons à nous préparer. Évidemment, ce sera le temps fort du dimanche 27 janvier. Cela dit, nous faisons notre travail de journaliste. S’il devait y avoir 50000 personnes dans la rue, nous ne le traiterons pas de la même façon que s’il y en devait y en avoir 500000.

On ne peut pas vraiment le savoir à l’avance… Si, quand même. Honnêtement si nous faisons notre travail, et c’est ce que nous avons fait sur la manifestation de ce dimanche, nous savions bien qu’il y avait 900 cars qui venaient sur Paris et des rames entières de TGV qui avaient été réservées. Nous savions bien que ce serait une manifestation importante. Nous l’avions vu notamment dans le travail en amont sur le terrain avec nos correspondants. C’est d’ailleurs la consigne que j’ai donnée cet après-midi: de savoir qui seraient les organisateurs de la manifestation du 27, de commencer à travailler sur la mobilisation pour nous faire l’idée la plus précise de son ampleur.

BFMTV a-t-elle une position éditoriale sur le sujet? Absolument aucune. Nos éditorialistes, individuellement, ont le droit de dire ce qu’ils veulent, puisqu’ils sont éditorialistes et d’ailleurs ils ne sont pas tous d’accord entre eux – heureusement. Lundi soir, nous avons organisé un débat entre deux de nos éditorialistes, Eric Brunet et Sylvain Courage du Nouvel Obs, Direct de droite, direct de gauche, comme chaque soir et ils se sont étripés sur le sujet. Mais la chaîne elle-même n’a aucune position sur la question.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux gays et de nombreuses lesbiennes ont affirmé se sentir blessé-e-s par ce qu’ils/elles ont ressenti comme une longue tribune accordée à des gens qui veulent leur refuser des droits. Que leur répondez-vous? Je comprends ce qu’ils et elles peuvent ressentir, mais moi je ne me sens pas concerné par ce genre de discours. Je fais un travail de journaliste. Ce n’est pas une tribune, c’est un événement journalistique. Je le répète: il y avait entre 300000 et 1 million de personnes dans les rues de Paris, trois cortèges, des personnalités politiques, de Georgina Dufoix à Simone Veil en passant par les élus du Front National et de l’UMP. C’était une grande manifestation dans les rues. Je n’en juge pas le fond, mais moi je suis journaliste, je ne suis pas militant. Les membres du gouvernement ont été les premiers à reconnaître que c’était une mobilisation importante. Même la Une de Libération et du Monde aujourd’hui [hier] le reconnaissent. Il faut peut-être être militant pour ne pas le reconnaître. Cela dit, nous avions anticipé ce danger-là, de nous retrouver dans une longue tribune. On a eu en permanence toute la journée, de 12h à 18h, à chaque instant au moins un représentant d’association ou de parti favorable au projet de loi. Nous avons eu le porte-parole de l’Inter-LGBT, Caroline Fourest, David Assouline du PS, le porte-parole de David & Jonathan. Dimanche, c’était la manifestation des «Non», donc nous couvrions la manifestation des «Non». La prochaine fois, nous couvrirons la manifestation des «Pour». Les moyens seront les mêmes. Nous avions un mât de 18 mètres à l’arrivée hier, nous aurons un mât de 18 mètres à l’arrivée à Bastille le 27. Mais je le répète, je ne fais pas 1 minute pour les juifs, 1 minute pour les nazis. Je fais un travail journalistique.

N’est-ce pas gênant que vous ayez eu le porte-parole de cette manifestation qui dès le début a comparé le président de la République à Hitler? Ça nous n’y sommes pour rien. D’ailleurs, ça a été noté par beaucoup de sites, notre journaliste l’a immédiatement arrêté. Il est le porte-parole de cette manifestation. Nous étions en direct. Et j’ai cru comprendre qu’il s’en était après plus ou moins excusé. BFMTV n’est pas responsable des propos qui peuvent être tenus en direct sur son antenne par qui que ce soit. Ni dimanche, ni dans 15 jours. Peut-être que quelqu’un de favorable au mariage pour tous dira une énormité, ça arrive dans tous les camps. C’est le direct. Ce qu’a fait notre journaliste est très bien, il lui a coupé la parole, en lui disant qu’il fallait rester raisonnable.

Photo Visual/S.Hubert/BFMTV

Toutes les infos sur les rassemblements pour l’égalité des droits partout en France.

Suivez Xavier Héraud sur Twitter: folkfurieuse