À la cérémonie des Golden Globes hier, Jodie Foster a reçu le Cecil B. DeMille Award qui récompense un comédien ou une comédienne pour l’ensemble de son œuvre. Les Golden Globes sont décernés par une association de presse étrangère à Hollywood; ils récompensent les meilleurs films, œuvres de fiction télévisuelles et les meilleur-e-s professionnel-le-s du cinéma et de la télévision. La comédienne aux deux Oscars a profité de cette occasion pour parler de son coming-out – à sa façon –, de sa mère, de ses enfants et de sa carrière d’actrice, dont elle souhaite tourner la page. Rappelons que Jodie Foster avait déjà fait plus ou moins son coming-out en remerciant sa compagne, sa «belle Cydney», lors d’une autre cérémonie en 2007. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’une sortie de placard.

Retour sur son discours:

«Je suis là, d’humeur à me confier, et j’imagine que j’ai une certaine envie  de dire quelque chose que je n’ai jamais pu vraiment dire en public… Une petite déclaration, qui me rend nerveuse, mais peut-être pas autant que mon attachée de presse. Je vais juste le dire comme ça, “loud and proud”. Je vais avoir besoin de votre soutien. Je suis… célibataire. (rires de la salle).»

«J’espère que vous ne serez pas déçus si je ne fais pas un grand discours de coming-out ce soir. Parce que j’ai déjà fait mon coming-out il y a des milliers d’années, à l’âge de pierre, dans ces jours désuets où une jeune fille fragile s’ouvrait à des amis en qui elle avait confiance, à sa famille, à ses collègues et puis graduellement à tous ceux qui la connaissaient, à tout le monde qu’elle rencontrait, en fait. Mais visiblement, une célébrité est maintenant censée partager tous les détails de sa vie privée avec une conférence de presse, un parfum et une émission de télé-réalité. Vous serez peut-être surpris mais je ne suis pas Honey Boo Boo [une enfant qui a son émission de télé-réalité, ndlr]. Ne pleurez pas, mon émission de télé-réalité serait tellement ennuyeuse… Je devrais faire des mamours à Marion Cotillard ou mettre une fessée à Daniel Craig juste pour tenir à l’antenne (ce qui n’est pas si mal, d’ailleurs).»

«Mais sérieusement, si vous aviez été une personnalité publique depuis que vous êtes un nourrisson, si vous aviez dû vous battre pour une vie qui donne l’impression d’être réelle, honnête et normale, conte toute attente, peut-être vous aussi mettriez-vous votre vie privée au-dessus de tout le reste. (…) J’ai donné tout ce que j’avais, ici, depuis mes 3 ans. C’est déjà suffisant comme télé-réalité, vous ne trouvez pas?»

Elle remercie ensuite ses amis, sa famille, dont Mel Gibson, connu pour ses déclarations antisémites et homophobes, à qui elle déclare «tu m’as sauvée aussi, tu sais» et puis son ancienne compagne:

«Je ne pourrais en aucune façon me tenir devant vous ce soir sans évoquer l’un des amours les plus importants de ma vie: mon héroïque co-parente, mon ancienne partenaire en amour mais juste sœur de vie, ma confesseure, pote de ski, consigliere, très aimée, et meilleure amie de 20 ans, Cydney Bernard. Merci Cyd. Je suis si fière de notre famille moderne, nos merveilleux fils, Charlie et Kit qui sont ma raison de respirer (…) et, les garçons, au cas où vous ne le sauriez pas, cette chanson et tout ça, c’est pour vous.»

Elle évoque ensuite sa mère, qu’elle décrit comme sa «plus grande influence», visiblement atteinte d’Alzheimer (sortez les mouchoirs, vous en aurez probablement besoin):

«Maman, je sais que tu es quelque part dans ces yeux bleus. Et s’il y a tellement de choses que tu ne comprendras pas ce soir, ceci est la plus importante à retenir: Je t’aime, je t’aime, je t’aime. Et j’espère que si je le dis trois fois, cela ira comme par magie et parfaitement jusqu’à ton âme, que ça t’emplira de la grâce et de la joie de savoir que tu as été bonne dans cette vie, que tu as été une mère formidable. Emporte cela avec toi s’il te plaît quand tu seras enfin prête à partir.»

Elle conclut en affirmant qu’elle change de vie, qu’elle ne veut plus apparaître sur aucune scène (elle a clarifié ce point après la cérémonie, réfutant toute intention de prendre sa retraite). Mais qu’elle continuera à raconter des histoires, d’une manière ou d’une autre.

Voir l’intégralité du discours:

http://www.youtube.com/watch?v=efYg0vQyPGA&feature=player_embedded

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo, cliquez sur le lien suivant: Cecil B. DeMille Award: Jodie Foster – Golden Globe Awards

Outre de nombreuses larmes dans la salle, ce discours a suscité quelques réactions. Des louanges tout d’abord des comédiennes Marlee Matlin et Sarah Shahi (toutes deux vues dans The L Word, entre autres):

«Du pur Jodie, défendant justement sa vie privée avec intelligence et sourire. La pure classe.»

«L’un des meilleurs discours jamais donnés»

Certains ont moins apprécié, comme l’écrivain Bret Easton Ellis, qui pour le coup se montre beaucoup moins classe:

«Jodie Foster dit “Je veux tous les trucs bien et je ne veux aucun des mauvais”. Elles est quoi? Une lesbienne de trois ans?»

«Le discours de Jodie Foster: ne fait pas vraiment son coming-out, se vante d’avoir 50 ans, tue sa mère, fêtée par la communauté LGBT pour avoir fait son coming-out…»

Golden Globes 2013: le palmarès.

Suivez Xavier Héraud sur Twitter: folkfurieuse