Plus de 400 personnes inscrites sur Facebook pour un brunch LGBT aux Buttes-Chaumont lancé entre autres par Émilie Jouvet, près de 1500 sur une autre page Facebook «Soutien à l’égalité le 13 janvier»: les pro-égalité s’organisent pour dimanche, alors que les homophobes défileront derrière Frigide Barjot et ses alliés de Civitas contre le mariage et l’adoption par les couples homosexuels.

Nous avons demandé à Émilie Jouvet et à Amélie Devaux de nous présenter leurs actions respectives.

Émilie Jouvet, pourquoi avez-vous décidé d’organiser ce «brunch LGBT» aux Buttes Chaumont? Tout est parti d’une simple statut personnel destiné a mes ami-es posté sur ma page Facebook. Il y a quelques jours, atterrée d’entendre encore et encore des propos homophobes partout dans les médias, j’ai posté spontanément un message proposant de se réunir entre ami-es pour un brunch dimanche. En quelques heure le statut a reçu plus d’une centaine de « likes » et commentaires amicaux, et les gens, y compris des inconnu-es, m’ont envoyé des messages me demandant ou se rendre, qu’apporter etc. Apparemment ça correspondait à un réel besoin des gens, alors j’ai décidé de mettre toutes les infos en ligne.

Quelle a été la réaction des invité-e-s? Les gens semblent enthousiastes, proposent d’amener des cheese-cakes, certains préparent des couvertures et des thermos de café, d’autres posent des questions sur la météo. En ce moment [vendredi soir] il y a environ 360 inscrits, mêlant hétéros et LGBT.  Je ne sais pas si nous serons 10 ou 300, mais je trouvais important que ceux/celles qui le souhaitent sachent ou venir passer une heure ou deux en bonne compagnie, ou faire une petite balade dominicale revivifiante dans un cadre vert et cool! La convivialité face à l’obscurantisme.

Vous ne vouliez pas vous lancer dans une confrontation? Non, il ne faut pas oublier que ce sont des gens dangereux qui vont défiler dimanche. Ils ont déjà prouvé leur violence en tabassant les Femen à la dernière manifestation «anti-mariage pour tous». Je comprends ceux et celles qui souhaitent contre-manifester dimanche, je les soutiens, mais personnellement j’avais envie et besoin d’un moment positif, joyeux, et pacifique, histoire de «recharger nos batteries» en prévision de la manif pour l’égalité du 27 janvier. Avec la montée de la violence, beaucoup de LGBT ne se sentent plus en sécurité en France. Il n’y a plus un seul espace «safe», que ce soit sur les réseaux sociaux (tweets homophobes et d’appel à la haine), dans les médias (où sont régulièrement tenus des propos d’une violence inouïe envers les LGBT tels que des accusations de pédophilie, de zoophilie),  à l’Assemblée nationale (où un député se permet de traiter nos enfants de «futurs terroristes»), à l’école (où des tracts appelant à l’intolérance sont glissés a l’intérieur même des bulletins de notes des enfants). Depuis des mois les LGBT, leurs familles, leurs enfants et leurs ami-es subissent ces insultes et cette violence au quotidien. Ce jour est funeste pour la France, pays des Lumières. Mais nous sommes déterminés à résister pour nos droits jusqu’au bout, dimanche la petite flamme de l’égalité va vaciller mais ne s’éteindra pas. Le brunch dans un parc entre ami-es, c’est une occasion de rassurer nos enfants, de se soutenir, de se réunir autour d’un évènement sympathique, éloigné des paroles blessantes, et de passer un bon moment.

Amélie Devaux, qui propose que les pro égalité accrochent à leurs fenêtres des slogans LGBT ou des drapeaux rainbow, explique sa démarche:
Amélie Devaux: L’idée vient au départ d’Emeric, qui est administrateur de la page également. Pendant plusieurs semaines il a posté plusieurs fois par jour un message invitant à accrocher drapeau et pancartes à nos fenêtres. Donc pour lui donner plus de visibilité, je lui ai conseillé de créer une page plus officielle et nous avons fini par décider de le faire ensemble. A la base, le principe était de faire un album photo pour montrer notre solidarité (chaque participant doit prendre sa fenêtre en photo et la mettre sur la page avec le nom de sa commune). Le message étant que même si les antis défilaient dimanche à Paris, on restait mobilisés partout ailleurs. Contrairement à ce que certains ont dit, il ne s’agit en rien d’un geste provocateur, mais bien solidaire. Parce que dimanche, ça va être très dur. Même si, on l’a bien compris, les antis ne se considèrent absolument pas homophobes, le message qu’ils envoient, leur nombre, font énormément de mal. Je pense notamment aux plus âgés d’entre nous, qui ont déjà vécu les années 70, la période du sida et le pacs, qui pensaient avoir gagné du terrain sur l’homophobie, et qui voient l’Histoire se répéter. Mais je pense aussi aux plus jeunes, qui sont en pleine découverte de leur homosexualité et qui voient ces manifestants, qui ont un message qu’on reçoit comme: «Vous n’êtes pas assez bien pour être traités comme nous». Alors à ces personnes, et à tous ceux qui souffrent de ce débat qui s’éternise et qui permet des dérapages qui eux, ne sont rien d’autre que de l’homophobie, on veut leur dire qu’on est toujours là, aujourd’hui, chacun chez nous (certains des participants vivent dans de tout petits villages, mais la solidarité arrive jusque là-bas) et tous ensemble le 27.
Quelle a été la réaction à votre initiative?
Pour ce qui est de la réaction, on s’attendait à être une centaine, peut-être deux cent, mais le nombre de participants est monté beaucoup plus vite que ce à quoi on s’attendait. D’un côté ça fait plaisir de voir qu’on arrive à être solidaires et à rester mobiliser, mais c’est en même temps la preuve que la manifestation du 13 déclenche ce besoin de solidarité parce qu’elle est perçue comme une attaque par un grand nombre de LGBT (même si de nombreux hétéros sont inscrits également).

Brunch LGBT& friendly aux Buttes Chaumont, dimanche 13 janvier, à partir de 15 heures. Rendez-vous devant Rosa Bonheur (entrée du parc par le métro Botzaris).
La page Facebook de «Soutien à l’égalité le 13 janvier».
Si vous manquez d’inspiration, imprimez un visuel (comme celui ci-dessus) pro égalité depuis le site conçu par l’agence Datagif (Lire Lancement du site Affiches pour tous).