Au grand dam du Figaro, la question du mariage pour tous les couples n’a pas donné lieu à un échange entre François Hollande et les responsables religieux lors des vœux du Président de la République, hier, mardi 8 janvier.

Une «bonne heure d’échanges», rapporte Le Figaro, mais pas sur le «sujet qui fâche». «Il n’a pas été question de la manifestation de dimanche, a déclaré le grand rabbin Gilles Bernheim. Le Président en a parlé de manière allusive, mais cela n’a pas fait l’objet d’un échange, vous pouvez me croire.» Même discours côté musulman et «contre toute attente» chez le cardinal André Vingt-Trois.

Les chefs religieux ont visiblement tenté de calmer le jeu. «Nous étions dans une bonne parité avec le Président de la République, a indiqué l’archevêque de Paris au Figaro. Je ne vois pas pourquoi le catholicisme aurait un sort plus dramatique que d’autres religions. Nous avons eu une réflexion et un échange entre personnes responsables au niveau qui est le nôtre. Chacun a développé ce qui lui paraît important.»

Si vousne voyez pas la vidéo, cliquez sur Dialogue “apaisé” entre Hollande et les principaux cultes

Gilles Bernheim a quant à lui insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de front des religieux contre le gouvernement.

Le Figaro semble un peu déçu que tout se soit si bien passé et estime que «l’effet de souffle politique que pourrait avoir la manifestation de dimanche est imprévisible». «Le prélat n’a donc pas dit son dernier mot», affirme l’auteur de l’article, Jean-Marie Guénois.

Après ses vœux, François Hollande s’est confié à quelques journalistes, dont Anna Cabana, qui a raconté l’entrevue dans Politique Première, sur BFMTV.

«Les manifestations, ça fait partie de la vie sociale, de la vie culturelle même de notre pays. (…) On ne fait pas une loi à partir du nombre de manifestants», a-t-il affirmé, évoquant la manifestation anti-égalité des droits du 13 janvier prochain à Paris, et rappelant que des millions de personnes l’avait élu, relate Anna Cabana. Quant aux déclarations de Vincent Peillon, elles «ont braqué ceux qui veulent être braqués», a-t-il estimé.

François Hollande a donc réaffirmé que «cette réforme qui concerne exclusivement le mariage civil était pour lui et des millions de Français une avancée en termes d’égalité des droits et que par conséquent le projet irait à son terme», rapporte l’AFP.

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Politique Première

Photo Capture

Toutes les infos sur les rassemblements pour l’égalité des droits partout en France.

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis