Après de multiples reports d’audience, la cour d’appel de Yaoundé a finalement rendu son verdict aujourd’hui: Franky et Jonas ont été déclarés non coupables du délit d’homosexualité, a indiqué leur avocate suisse Saskia Ditisheim à Yagg.

Condamnés en novembre 2011 à 5 ans de prison ferme pour homosexualité, les deux hommes ont obtenu que leur dossier soit de nouveau jugé en appel. Cet été, une audience s’est tenue au sujet de leur remise en liberté, suivie quelques semaines plus tard d’une audience sur le fond. Saskia Ditisheim avait été marquée par l’ambiance houleuse et l’hostilité affichée par le public. Franky et Jonas avaient cependant reçu le soutien de l’ambassadeur du Royaume-Uni qui s’était déplacé pour assister à leur procès.

PAS DE PREUVE, NI DE FLAGRANT DÉLIT
Le tribunal n’a finalement pas suivi les préconisations du procureur qui avait qualifié l’homosexualité «d’abomination». Aux côtés de Saskia Ditisheim, Mes Michel Togué et Alice Nkom sont parvenu-e-s à démontrer que les conditions d’application de l’article 347 bis du Code pénal n’étaient pas réunies. Dans la mesure où il n’y avait ni preuve ni flagrant délit, Franky et Jonas n’étaient juridiquement pas condamnables.

Cette heureuse nouvelle demeure toutefois assombrie par le sort réservé à leur compatriote Jean-Claude Roger Mbédé qui a dû retourner en prison, après que le tribunal a confirmé sa condamnation.

Photo DR (juillet 2012)

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln