Tout a commencé avec un tweet de l’abbé Grosjean, prêtre du Diocèse de Versailles, secrétaire général de la Commission éthique & politique du Diocèse, curé de Saint Cyr L’École, auteur du PadreBlog:

L’abbé y partage un reportage de BFMTV, titré «Najat Vallaud-Belkacem dans un collège pour défendre le mariage gay»:

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Najat Vallaud-Belkacem dans un collège pour défendre le mariage gay

Christine Boutin, qui tweete comme elle respire (sans réfléchir, donc), a saisi l’occasion de s’indigner à bon compte:

Mais voilà, la visite de Najat Vallaud-Belkacem au collège André Chêne, à Fleury-les-Aubrais, dans le Loiret, a eu lieu le 15 octobre, et non le jour de la lettre de Vincent Peillon, ce que l’auteure de ces lignes a immédiatement rappelé à Christine Boutin.

«Je ne suis pas venue les convaincre de la future loi sur le mariage pour tous, pas faire du prosélytisme, mais lutter contre l’homophobie sous toutes ses formes», expliquait alors Najat Vallaud-Belkacem. Yagg y était, revoici notre reportage:

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Lutte contre l’homophobie: Najat Vallaud-Belkacem visite un collège

Pour une raison qui nous échappe toujours, les médias généralistes continuent de penser que Christine Boutin est légitime sur les questions LGBT et lui donnent donc la parole à tout va, de France Info samedi au 13 heures de France 2 ce dimanche:

Pour voir la vidéo, cliquez sur l’image, à partir de 2’34:

Boutin-big

L’affaire a pris une telle ampleur que Najat Vallaud-Belkacem a dû préciser qu’elle n’avait parlé du mariage qu’en réponse à une question qui lui était posée.:

Sur Twitter, d’où tout est parti, son conseiller presse, Maxime Ruszniewski-Bryner, a également tenté de remettre les pendules à l’heure:

L’agression évoquée consiste en un tag homophobe apposé sur le domicile de Christophe Desportes-Guilloux le 18 décembre (un autre tweet a corrigé la date).

Toutes les infos sur les rassemblements pour l’égalité des droits partout en France.

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis