Certain-e-s politiques n’ont peur de rien, c’est peut-être une force pour leur carrière, mais cela en dit long sur leurs qualités humaines. Dans un entretien au Figaro, Laurent Wauquiez, ex-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de Nicolas Sarkozy et fondateur de la Droite sociale, montre une nouvelle fois que le nom qu’il revendique pour son «club de réflexion» est à côté de la plaque.

C’est la lettre de Vincent Peillon aux recteurs/trices qui est à l’origine de son indignation (lire Vincent Peillon: «Le secrétaire de l’enseignement catholique a commis une faute»). Le ministre de l’Éducation y rappelait notamment la nécessité de «respecter le principe de neutralité et de liberté de conscience de chacun» et la fragilité des jeunes LGBT, encore plus nombreux/ses que les ados hétéros à tenter de se suicider.

«C’est parfaitement scandaleux de laisser croire que la vision de la famille dans l’enseignement catholique serait responsable de suicides chez les jeunes homos, s’insurge Laurent Wauquiez. Cela relève au mieux de l’ignorance, au pire du mépris pour l’enseignement catholique. C’est une grande manipulation politique qui cherche à faire culpabiliser les chrétiens et à faire croire que l’opposition au mariage homo et à l’adoption est le fait d’une minorité.»

Rejoignant Christine Boutin, Laurent Wauquiez, qui, en juillet dernier, affirmait lutter contre les discriminations tout en étant opposé à l’égalité des droits, accuse le gouvernement de «cathophobie»: «Le mariage homosexuel et l’homoparentalité, c’est un sujet pour tous et pour toutes les religions. Les juifs, les musulmans, les protestants s’y opposent. Or le gouvernement marque une volonté scandaleuse de réduire l’opposition à un seul groupe réactionnaire qui serait les cathos.» Il s’en prend en particulier à Cécile Duflot et à Michèle Delaunay et insiste:

«Jamais on n’aurait accepté ces propos sur l’islam ou sur les juifs.»

Faut-il rappeler à Laurent Wauquiez les propos tenus jour après jour par les membres de son parti, ses allié-e-s et les responsables religieux à l’encontre des personnes LGBT? Ces propos-là seraient-ils plus acceptables en raison de leur cible?

Photo Capture

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis