kaiL’histoire du jour sur la plateforme Facebook Stories (Histoires sur Facebook en français), où les utilisateurs/trices du réseau social, peuvent raconter leurs belles histoires liées à cette utilisation, est celle de Kai Bailey, une designer graphique et web de 25 ans vivant à Chicago. Elle raconte comment en juin 2012 elle a fait, sur Facebook son coming-out trans’:

«Assise devant mon ordinateur avec ma partenaire, Leigh, la souris sous mes doigts dangereusement proche du bouton d’envoi, nous repassions en revue le texte que je peaufinais depuis presque une semaine. J’ai joint à mon texte 5 photos de moi aux couleurs de l’arc-en-ciel. J’ai passé des heures la veille du grand jour à prendre ces photos, vernissant mes ongles, essayant de nouveaux accessoires de maquillage et rasant mon visage deux fois, juste pour être sûre. C’était le samedi 2 juin 2012. De nature réservée et introvertie, j’étais finalement prête à me libérer du poids de mon secret: je suis transgenre.»

L’entourage proche de Kai était déjà au courant et elle était très entourée, mais sur Facebook, elle hésitait à «révéler cet aspect de [sa] personnalité»: «Jamais un simple clic n’avait eu le pouvoir de changer aussi radicalement la vision que tant d’amis avaient de moi. À ce moment-là, j’ai cru que ce petit clic risquait de mettre fin en un instant à une centaine d’amitiés».

S’inspirant de Laura Jane Grace, la chanteuse du groupe Against Me!, qui avait annoncé sa transition peu auparavant, Kai voulait insister sur l’absence de honte: «Jusqu’à l’âge adulte, je ne me souviens pas avoir jamais vu décrire des trans comme des gens normaux. J’avais soif de prouver que j’étais plus qu’une caricature ou qu’un mystère, comme les stéréotypes qu’on nous montre à la télé». Et surtout, «je voulais partager la joie que j’avais ressentie quand j’ai pris conscience de cette harmonie avec mon esprit. Je voulais clamer au monde entier que j’étais fière d’être trans’».

Et tout s’est bien passé. «Le sourire aux lèvres, j’ai dit tout haut “Steve aime le fait que je sois trans’”, raconte Kai. Trop sympa. Une seconde notification s’est affichée, puis une troisième, puis une bonne trentaine. Garçons, filles, meilleurs amis, collègues, et même mes ex (mes amis «à bisexualité rétroactive»): tous ont cliqué pour m’apporter leur soutien.»

Kai a ensuite rejoint le projet We Happy Trans, dont l’objectif est de «combattre les a priori en partageant des histoires positives sur les différentes expériences trans’». Dans la vidéo ci-dessous, Kai se prête au jeu des «7 questions» de We Happy Trans’, et répond donc aux questions suivantes: quel est ton nom?; qui t’a le plus soutenu-e dans ta transition?; qu’apprécies-tu le plus dans ta vie depuis que tu a commencé ta transition?; qui sont des modèles trans’?; quel(s) changement(s) aimerais-tu le plus voir dans le monde?; que fais-tu pour les voir se faire?. La dernière question n’en est pas vraiment une, le/la participant-e doit partager un aspect spécial et unique de sa personnalité, son histoire ou ce qu’elle aime.

http://vimeo.com/43700897

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur WeHappyTrans 7Qs : Kai

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis