«On n’appelle pas à manifester contre une loi qui est censée augmenter les libertés, surtout quand on est un parti politique, surtout quand on est un responsable qui a les moyens de s’exprimer dans un hémicycle, surtout quand cette loi va diviser une partie des Français contre une autre partie», a vitupéré ce matin la sénatrice et vice-présidente de l’UDI Chantal Jouanno au micro de Radio Classique.

«LA PLACE DES ÉLUS N’EST PAS DANS LA RUE»
L’ancienne ministre a estimé qu’il était «catastrophique» que Jean-François Copé, président de l’UMP, appelle les militant-e-s à se mobiliser contre l’ouverture du mariage des couples de même sexe lors de la «Manif pour tous». «Je suis totalement contre la manifestation du 13», a insisté Chantal Jouanno. Ces déclarations de la vice-présidente de l’UDI ont provoqué l’ire de Christine Boutin qui a tweeté (avec une faute d’orthographe dans le nom de la sénatrice):

Dans une tribune co-signée avec le député UMP Franck Riester à la veille de la manifestation pro-égalité des droits parue dans le JDD, Chantal Jouanno avait expliqué qu’à ses yeux, «la place des élus nationaux face aux débats sociétaux n’est pas dans la rue, ni pour s’opposer, ni pour soutenir. Nous refusons la récupération politique comme l’exacerbation des oppositions d’une partie des Français contre les autres.»

«UN GRAND SILENCE GOUVERNEMENTAL»
Pour la sénatrice, l’opposition véhémente à laquelle on assiste aujourd’hui est imputable au gouvernement. «La contestation monte depuis très longtemps, explique-t-elle, ils ont mis le sujet sur la table au mois de septembre, ensuite il y a eu un gros blanc, un grand silence gouvernemental. Ils n’ont pas organisé le débat alors que ce texte à la base était consensuel. Aujourd’hui, la situation est extrêmement clivée, c’est dommage.»

Photo Capture

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln