Deux films à ne pas rater à partir de ce mercredi 2 janvier dans les salles.

Tout d’abord, Foxfire, confessions d’un gang de filles, de Laurent Cantet, que Yagg vous a présenté en avant-première au Jeudi, c’est gay-friendly, il y a deux semaines.

L’histoire? 1955. Dans un quartier populaire d’une petite ville des États-Unis, une bande d’adolescentes crée une société secrète, Foxfire, pour survivre et se venger de toutes les humiliations qu’elles subissent. Avec à sa tête Legs, leur chef adulée, ce gang de jeunes filles poursuit un rêve impossible: vivre selon ses propres lois. Mais l’équipée sauvage qui les attend aura vite raison de leur idéal.

Le réalisateur d’Entre les murs (Palme d’or à Cannes en 2008) s’intéresse une nouvelle fois à l’adolescence, période rêvée pour l’utopie, l’un des sujets de prédilection du cinéaste. Il nous embarque avec ces filles épatantes (on adore immédiatement toutes les jeunes actrices) qui savent ce qu’elles fuient – le machisme et la domination masculine – mais ne réalisent pas encore complètement ce qu’elles sont en train de construire. Elles partent à l’aventure, sans programme, mais avec l’envie chevillée au corps de changer d’horizon. Cette vitalité, cette fougue, Laurent Cantet les restitue admirablement, avec un cinéma sans esbroufe et effets psychologisants faciles. La fascination qu’exerce Legs sur ses camarades de révolution est aussi très finement mise en scène. Quand politique et sensualité sont intimement mêlées. En ces temps de luttes, un film qui fait du bien.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Foxfire, confessions d’un gang de filles – Bande annonce VOST

Signalons également la sortie de Yossi, d’Eytan Fox.

L’histoire? Yossi vit seul sa trentaine à Tel Aviv, assumant mal sa sexualité, trouvant dans son métier de cardiologue une échappatoire à ses déboires amoureux. Lors d’un voyage dans le sud du pays, il rencontre un groupe de jeunes militaires et, parmi eux, un jeune homme qui lui fait retrouver le goût de vivre.

Le réalisateur israélien ouvertement gay (Tu marcheras sur l’eau, The Bubble) livre une suite à Yossi et Jagger, l’un de ses précédents films. Nous sommes 10 ans après, et l’on retrouve Yossi sans son compagnon, mort sur le champ de bataille. Comment faire le deuil de l’être aimé? «Il n’est jamais trop tard pour commencer votre vie», explique Eytan Fox pour résumer le message de son film. Il faut prendre le temps d’écouter cette petite musique, portée par Ohad Knoller, l’acteur principal, qui incarne fort bien le spleen.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Yossi – Bande-annonce VOST