Ce tweet de Jean-Luc Romero résume bien l’état d’esprit des usagèr-e-s de Twitter face au déferlement de tweets homophobes qui ont envahi le réseau depuis un peu plus de 24 heures. L’homophobie est toujours présente sur les réseaux sociaux, mais deux hashtags – #TesUnPd et #SiMonFilsEstGay – ont largement fait monter le niveau.

«Les tweets (gazouillis) qui accompagnent ce hashtag [#TesUnPd] montrent bien qu’en matière de lutte contre les préjugés, nous ne sommes pas au bout de nos peines, écrivait hier Matthieu Rouveyre, élu socialiste et militant LGBT sur son blog. Si certains tweets sont caricaturaux, leur nombre (plusieurs centaines entre 2h et 7h du matin) et la tranche d’âge de leurs auteurs (moins de 20 ans) sont sources d’inquiétudes.» Comme de nombreux/ses internautes, il a rapidement signalé le dérapage à Twitter (samedi 22 décembre à 6 heures). L‘Inter-LGBT a suivi en début d’après-midi:

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a à son tour twitté:

Marc Coatena et Philippe Buisson, secrétaires nationaux du Parti socialiste, soulignent dans un communiqué envoyé ce dimanche matin, que «les réseaux sociaux dédiés à la convivialité et au débat ne doivent pas être dévoyés par ceux qui veulent libérer la parole discriminatoire ou raciste». «Les discriminations, le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie et les appels à la haine sont illégaux et punis par la loi: leur expression sur internet ne fait pas exception à cette règle», écrivent-ils. Les injures homophobes sont en effet passibles de 6 mois d’emprisonnement et 22500 € d’amende.

De son côté, SOS homophobie recense les tweets en question et appelle à les lui signaler:

Ainsi qu’à Twitter:

Les injures sur Twitter ne se limitent évidemment pas à l’homophobie:

Y compris en réponse aux tweets homophobes. Vous avez dit cercle vicieux?

https://twitter.com/JanisBing/status/282411205258248192

L’affaire résumée sur i>télé:

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Chronique du dimanche 23 décembre

Lire aussi: Être «vraimentPD» sur Twitter, est-ce vraiment drôle?

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis