Frigide Barjot a inauguré son «point pour tous» sur YouTube avec une réaction à la manifestation pro-égalité du 16 décembre.

«J’apprends qu’ils ont été 60000 dans toute la France, soutenus par le Parti Socialiste, les Verts, le Front de Gauche, les jeunes socialistes. Je rappelle à qui veut bien l’entendre que nous-mêmes le 17 novembre, juste pour l’Île-de-France nous étions 120000 à Paris (sic).»

Choix intéressant de chiffres puisqu’elle mentionne ceux que la police pour la manif pro-égalité et les siens pour sa propre manifestation (dont les participant-e-s étaient estimé-e-s à 70000), sans compter qu’elle ignore sciemment les manifestations de la veille en régions.

CHAMP-DE-MARS
La chroniqueuse évoque ensuite la prochaine manifestation hostile à la «loi Taubira», qui aura lieu le 13 janvier. Le cortège partira, explique-t-elle, de la place d’Italie et de deux autres points, pour finir au Champ-de-Mars. Face aux protestations de Civitas (lire Le torchon brûle entre Civitas et Frigide Barjot), elle répète que tout le monde est bienvenu à la manifestation «du moment qu’il n’y a pas de banderole, pas de logo, pas de slogan autre que ceux de la « Manif pour tous »». Elle précise également qu’il y aura un «char gay», celui de la fameuse «association» Plus gay sans mariage, de Xavier Bongibault.

Elle revient enfin sur les accusations qui font d’elle le cheval de Troie de l’extrême droite, relayées notamment sur le blog Adieu Frigide Barjot.

«Là où j’ai été le plus à droite, c’est jusqu’à Jacques Chirac, que j’ai quitté en 1993, au moment où il prenait le pouvoir (sic… Jacques Chirac a été élu Président de la République en 1995). Et sinon en 2007, j’ai voté pour Ségolène Royal. Donc vous voyez, ce n’est pas vraiment ce qu’on appelle l’extrême droite.»


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Le Point Pour Tous de Frigide Barjot n°1