Petit cafouillage au gouvernement sur la PMA. À peine rentrée de New York, où elle avait discuté dépénalisation universelle de l’homosexualité en tant que ministre des Droits des femmes chargée d’une mission de lutte contre l’homophobie et la transphobie, Najat Vallaud-Belkacem a repris sa casquette de porte-parole du gouvernement pour le traditionnel point presse du mercredi. Les journalistes n’ont pas tenu compte du décalage horaire et l’ont interrogée sur les déclarations prêtées à Christiane Taubira par le Lab d’Europe 1, qui a fait dire à la ministre de la Justice que le gouvernement ne s’opposerait pas à un amendement sur la PMA.

Comme nous l’écrivions hier, les propos de la Garde des Sceaux portaient en réalité sur l’ouverture de l’adoption aux couples non mariés. Mais apparemment, Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira n’ont pas eu le temps de se parler, et la porte-parole du gouvernement s’est retrouvée à commenter des propos pourtant démentis par la Chancellerie:

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Le gouvernement “ne bloquera pas” l’accès à la procréation médicalement assistée

«La Garde des Sceaux est la mieux placée pour vous renseigner sur ces sujets, puisque c’est elle qui portera le texte devant le Parlement. Elle les a exprimées de cette façon, ça signifie, si l’on en croit ce qu’elle a dit, mais c’est ainsi que je ressens aussi les choses en effet, que le gouvernement n’a pas l’intention de bloquer à tout prix cette mesure et que, encore une fois, comme nous l’avons toujours dit, le débat parlementaire aurait toute son importance sur cette question de savoir comment compléter, amender, améliorer le projet de loi que nous avons présenté.»

Il a donc fallu que François Hollande intervienne, ce qu’il a fait lors de la conférence de presse qu’il a donnée avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte:

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Pour Hollande, le parlement décidera souverainement de la PMA

«Le texte tel qu’il a été préparé prévoit le mariage pour tous et l’adoption, il n’intègre pas la procréation médicale assistée, cette question-là sera sûrement débattue au parlement qui en décidera souverainement.

«Si j’avais été favorable, je l’aurais fait intégrer dans le projet de loi. À ce stade, j’ai considéré que c’était le mariage et l’adoption. Mais si le Parlement – et je crois qu’il y aura des propositions d’amendements – décide d’aller dans le sens de la procréation médicale assistée, le parlement est souverain.»

Celles et ceux qui avaient encore des doutes sur sa position post-campagne présidentielle devrait y voir plus clair (lire aussi François Hollande avait-il vraiment promis d’instaurer la PMA une fois élu? et Denis Quinqueton, président d’HES: «Entre la campagne et aujourd’hui, je suis déçu»).

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis