Le Parlement a-t-il encore un rôle à jouer? L’«interventionnisme de l’exécutif» fait douter la sénatrice EELV Esther Benbassa, comme elle l’explique dans sa chronique «Vu du Sénat»:

«Avez-vous déposé une proposition de loi pour rappeler à l’exécutif une des promesses du Président de la République, notre meilleur danseur de tango (un pas en avant, deux pas en arrière)? Voilà qu’on vous fabrique la même, mais dans une version light, et qu’on vous la renvoie sous cette forme pour être débattue au Parlement. Il vaut mieux que vous n’insistiez pas trop. Comment, les chambres auraient-elles par elles-mêmes l’audace de transformer en loi tel ou tel engagement de François Hollande? Non et non. C’est l’exécutif qui le fera, c’est de lui que tout doit venir.

«Autre cas d’école intéressant. Vous avez déposé une proposition de loi à un moment qui ne coïncide pas avec le timing du gouvernement ou avec la ligne idéologique de tel ou tel ministre? On va vous convoquer et vous demander de la retirer. Si vous faites mine de résister, on vous laisse entendre que votre texte pourrait bien n’être pas voté par vos collègues socialistes. Que faites-vous? Vous la retirez, bien sûr, votre proposition. Et vous voilà traité de pauvre mollasson (au mieux) ou de sinistre traître (au pire) par le monde associatif, qui attendait tant de ce texte.»

Ferait-elle allusion au mariage pour tous, elle qui a déposé un texte au Sénat avant le gouvernement? À lire sur Le Huffington Post.