Par une décision prise à l’unanimité, la Cour suprême mexicaine a supprimé l’article 143 du code civil de l’État d’Oaxaca qui disposait que le mariage était l’union d’un homme et d’une femme. Désormais, un mariage est «entre deux personnes».

La Cour avait été saisie par trois couples de même sexe qui désirent se marier dans cet État du sud du pays. Jusqu’à cette décision, le mariage des couples gays et lesbiens n’était possible que dans la capitale, Mexico.

Cette décision n’a d’impact direct que dans l’État d’Oaxaca, mais elle devrait ouvrir la voie à l’annulation des interdictions des mariages de couples homos dans le reste du pays. C’est en tout cas ce qu’espère Alex Alí Méndez Díaz, l’un des avocat-e-s des plaignant-e-s, qui suit l’affaire depuis ses études de droit.

Pour appuyer leur demande, les avocat-e-s se sont appuyé-e-s sur l’arrêt rendu en février dernier par la Cour interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH), qui condamnait le Chili pour avoir retiré la garde de ses enfants à une juge lesbienne.

En 2010 déjà, la Cour suprême avait estimé que les mariages célébrés à Mexico devaient être reconnus dans tout le Mexique.

Photo Suprema Corte de Justicia de la Nación

Via The Advocate.

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis