C’est «au nom de la liberté» que Caroline Fourest et Sophia Aram se battent et militent chacune à leur façon pour le féminisme et l’égalité. Amies, elles vont de paire pour dire que la devise républicaine «liberté, égalité, fraternité» n’est pas un acquis, mais une «promesse», un idéal à conquérir.

Ce combat implique parfois de recevoir des coups. «Je n’avais jamais été victime de racisme de ma vie, je l’ai découvert en faisant de la radio», précise Sophia Aram. Mise à mal lors d’une contre-manifestation pour l’égalité des droits, Caroline Fourest va même plus loin: «On reçoit des coups parce qu’on les a donnés. Si je fais mal à des intégristes, je considère leur rage comme un compliment.» À lire sur Elle.

Pour lire l’interview de Sophia Aram par Yagg, cliquez sur «Je ne suis pas mariée pour un tas de raisons, mais moi, j’ai le choix».