Une lectrice de Yagg, qui souhaite conserver l’anonymat, nous a adressé cette tribune en réaction aux propos des anti-mariage.

Je suis en colère. Je suis une maman TRÈS EN COLÈRE. La coupe est pleine, ma coupe est pleine. Je ne supporte plus tous ces discours de nos soi-disant bien pensants politiques et religieux de tout poil qui veulent replacer l’enfant au centre de la famille! Ah tiens donc… Mais de qui parlent-ils? Et bien tout simplement de mon enfant, de nos enfants… Alors oui, je le redis. Je ne supporte pas que l’on s’adresse à tous ces enfants de cette manière. Comme lorsque Monsieur Lebel, maire du 8e arrondissement de Paris et le Cardinal Barbarin expliquent que la légalisation du mariage homo pourrait ouvrir la porte à la polygamie, l’inceste et la pédophilie. Ou lorsque l’Union des Organisations Islamiques de France met en garde contre un risque de zoophilie si le mariage entre homos est légalisé.

Et ce ne sont que quelques exemples. Qui sont tous ces gens qui, au nom de leur pseudo moralité, déversent des propos aussi outranciers, grossiers, vulgaires en parlant de l’avenir de nos enfants? Savent-ils qu’en tenant de tels propos ils insultent, choquent et blessent tous ces jeunes et moins jeunes ainsi que leurs familles? Que peuvent penser tous ces jeunes qui n’ont pas encore osé parler de leur homosexualité à leurs parents? Que peuvent penser tous ces enfants qui vivent dans des familles homoparentales (non encore reconnues) de la façon dont on traite leurs parents? Combien d’entre eux en ce moment se sentent non plus marginalisés mais rejetés?

Je replace le débat actuel sur le plan de la citoyenneté et de l’égalité des droits pour tous. Aux religieux de tous bords, je crois me souvenir que l’enseignement est: «Dieu est amour»! Je n’ai rien de plus à rajouter, là n’est pas le débat. Il est républicain.

Alors de grâce Mesdames et Messieurs qui vous exprimez au nom de la morale et du bien de l’enfant (sic), avec ce que vous faites et dites en ce moment, n’ayez pas l’œil mouillé en entendant aux infos ou en lisant dans la presse le chiffre terrible du taux de suicide chez les jeunes LGBT, mais cessez plutôt vos propos outranciers, vos allusions choquantes, vos amalgames nauséabonds et violents.

Arrêtez! Je vous demande tout simplement de respecter mon enfant, de respecter nos enfants, de respecter nos familles. Contrairement à vous, j’ai confiance dans les gays et les lesbiennes, je suis fière de leur combat, je les respecte et je les aime.  Et ça je vous jure que ça rend heureux!

Illustrations Gami