«Pour faire entendre la voix des Français que François Hollande refuse d’écouter, nous serons le 13 janvier à Paris, pour une manifestation nationale. Le sectarisme et le mépris de la gauche, ça suffit!» C’est par ces mots que Jean-François Copé a appelé les militant-e-s de son parti à se joindre à la «Manif pour tous» nationale organisée par les opposant-e-s au projet de loi visant à ouvrir le mariage et l’adoption aux couples gays et lesbiens, Frigide Barjot en tête. Il avait déjà appelé à participer à la première «Manif pour tous», qui s’est tenue dans toute la France le 17 novembre, à la veille de l’élection rocambolesque à l’UMP.

À Nancy, devant des militant-e-s UMP, le président – toujours contesté – de l’UMP a accusé la gauche de remettre en cause les «fondements de la famille».

Il a aussi annoncé un référendum interne à l’UMP sur la modernisation des statuts du parti et l’opportunité de revoter pour désigner son président, après les élections municipales de 2014.

«Rassembler l’UMP en divisant les Français. Tout un art…», commente, goguenard, Ian Brossat, le président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, sur Twitter.

De leur côté, les partisan-e-s du mariage pour tous les couples sont invité-e-s à montrer leur soutien à l’égalité des droits lors de la manifestation organisée le 16 décembre, à Paris, par l’Inter-LGBT.

Photo Capture

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis