«Regarde ce pédé, je supporte pas de les voir, et maintenant en plus ils vont avoir le droit de se marier, a dit à son comparse l’un des deux hommes condamné au tribunal correctionnel de Strasbourg hier, lundi 26 novembre, pour insulte et agression homophobe. Ils ne devraient pas avoir le droit d’exister».

«SALE GAY»
Le 8 novembre, dans un tramway, ces deux jeunes âgés de 19 et 20 ans s’en sont pris à un homosexuel au comportement décrit comme «efféminé» par la présidente du tribunal. Lorsque celui-ci est monté à bord, les deux agresseurs l’ont couvert d’insultes – «grosse tapette, pédé, pédale, sale gay» – selon le témoignage d’une voyageuse.

Le duo a ensuite giflé le jeune homme et lui a asséné des coups de pied, sans le blesser grièvement, précise l’AFP. Appelés à la barre, les deux hommes ont tenté de se trouver des excuses en affirmant que c’est la victime qui avait commencé par les insulter. L’un des deux a même assuré que ses propos avaient été mal compris: «J’ai dit pédé, mais pas au sens de gay», s’est-il défendu. Leur avocat, Me Eric Weber, a tenté d’atténuer la gravité de leurs actes en parlant d’une «histoire d’insultes entre gamins». D’après lui, «sale pédé, on entend ça malheureusement souvent dans les cours de lycée». Il a par ailleurs souligné qu’il n’y avait pas eu de préméditation. Ce n’était «ni une ratonnade, ni une chasse aux pédés», juste «une petite claque», a-t-il avancé.

«ZORROS DE L’HOMOPHOBIE»
Le représentant du parquet, Régis Delorme, n’a pas parlé de «gamins», mais de «zorros de l’homophobie» et de «zéros de la liberté». «Laissez les gens vivre leur vie», a-t-il déclaré avant de dénoncer l’attitude des deux jeunes hommes: «Vous n’avez aucun jugement de valeur à porter». La justice a opiné dans son sens en infligeant au plus âgé des deux une peine de 3 mois de prison ferme. Du fait de condamnations antérieures avec sursis, il devra donc passer 6 mois derrière les barreaux. L’autre agresseur, au casier judiciaire vierge, a écopé de 4 mois avec sursis.

Photo Capture

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln