Le procès de Jean-Claude Roger Mbédé pourrait s’achever sur une note positive, veulent croire ses avocat-e-s. Mercredi 21 novembre, à Yaoundé au Cameroun, la dernière audience de son procès s’est tenue dans le calme, rapporte le site Jeune Afrique. Le public fut plus réceptif et le procureur beaucoup moins offensif: il a lui-même souligné qu’il n’y avait pas de témoin à charge dans cette affaire où le prévenu encourt trois ans d’emprisonnement pour avoir envoyé des SMS amoureux à un autre homme, absent au procès.

Selon l’avocate suisse Saskia Ditisheim, «le public commence à comprendre que certaines règles et conventions internationales doivent être appliquées. (…) La justice camerounaise ne peut plus faire n’importe quoi.» Les avocat-e-s Alice Nkom, Michel Togue et elle-même espèrent désormais une relaxe de Jean-Claude Roger Mbédé même si le procureur n’a pas retiré l’accusation. L’absence de preuve pourrait amener les juges à se prononcer en faveur du prévenu. D’après RFI, celui-ci a assuré que les messages qu’il a envoyés avaient pour objectif de trouver un emploi.

Mais Jeune Afrique relate également qu’à l’issue de l’audience, de nouvelles menaces sont parvenues à Alice Nkom et Michel Togué dans des SMS. «Brillante prestation ce matin, monsieur le Pédé!, a reçu l’avocat. Enfin, nous avons les visages de ceux-là qui pensent que notre pays peut sombrer dans la perfidie et dans l’homosexualité.» Alice Nkom a quant à elle été traitée de «vieille lesbienne». Et ce soir-là, le voisin de chambre de Jean-Claude Roger Mbédé à l’université a été physiquement agressé. Quel que soit le verdict qui sera rendu le 3 décembre prochain, les réactions de la population seront à surveiller de près.

Photo DR

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln