Sept ans après la disparition de Pierre Seel, la ville de Toulouse poursuit le travail de mémoire en inaugurant, ce samedi 24 novembre à 18h30, une plaque (reproduction ci-dessus) dans l’Espace des Diversités et de la Laïcité. Pierre Seel, déporté pour motif d’homosexualité durant la Seconde Guerre mondiale, n’avait eu de cesse de témoigner après. Il est mort à Toulouse le 25 novembre 2005.

Cette inauguration s’accompagne d’une exposition «Se souvenir pour refuser l’oubli» sur la déportation pour motif d’homosexualité, ainsi que d’un film inédit de témoignage de Pierre Seel.

L’association Les Oublié-e-s de la Mémoire participe à cet événement.

Photo Thomas Doussau DR