Le 6 novembre, Ian Brossat, président – ouvertement gay – du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, s’étonnait, dans une lettre à Jean Tarrade, président du Conseil supérieur du notariat, de la publicité invitant les couples de même sexe à consulter leur notaire lors de la rédaction de leur convention de pacs (lire Pub sur le pacs: Ian Brossat écrit aux notaires). La publicité soulevait la question des droits des conjoints en cas de décès. Dans sa lettre, Ian Brossat rappelait l’interview accordée par Jean Tarrade au Figaro, dans laquelle il appelait à «vérifier que les nouveaux textes correspondent bien à des vrais besoins et ne créeront pas des problèmes».

Dans une lettre datée du 14 novembre (cliquer sur l’image ci-contre pour l’agrandir), Jean Tarrade estime qu’il n’y a «aucune contradiction» entre ses déclarations et la publicité.

«Ce qui nous importe, écrit-il, c’est que le législateur rédige, si je puis me permettre, une belle loi, c’est-à-dire une loi pérenne qui s’adapte exactement aux besoins de la société française.»

«Il n’y a donc chez les notaires aucune prévention de quelque nature que ce soit, poursuit-il. Nous sommes au cœur de la société et connaissons les familles mieux que quiconque. Nous espérons que ce texte répondra aux attentes de tous.»

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis