Au lendemain du cafouillage de François Hollande sur la «liberté de conscience», Libération publie une tribune de Cécile Duflot, dans laquelle la ministre EELV de l’Égalité des territoires et du Logement explique pourquoi elle soutient l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

Après avoir rappelé qu’il y a à peine 10 ans, Noël Mamère célébrait un mariage entre 2 hommes, à Bègles («Les écologistes ont alors partagé la fierté qu’un des leurs ait eu le courage de faire acte de désobéissance pour défendre une juste cause»), Cécile Duflot l’affirme:

«La liberté de conscience des maires ne peut en rien venir entraver la liberté de vivre selon son cœur, l’égalité devant la loi ou la fraternité dans la république.»

«L’histoire offre peu d’occasions de faire avancer de manière décisive les droits des individus, poursuit-elle. Lorsqu’elle le fait, chacun doit se prononcer en conscience. La gauche, fidèle à sa tradition d’émancipation, vient proposer un nouveau droit. Je suis fière d’appartenir à la majorité qui porte cette réforme: le mariage pour tous et partout.»

«Ceux qui prétendent condamner le mariage pour tous sans condamner l’homosexualité sont incohérents, insiste-t-elle. Ils doivent reconnaître qu’ils défendent au fond le maintien d’une discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, en réservant le mariage aux seuls hétérosexuels. Défendant cette position, ils doivent avoir conscience qu’ils frappent l’homosexualité d’illégitimité.»

«UN TEXTE QUI VISE À FAIRE RECULER L’INJUSTICE»
S’étonnant que les opposant-e-s au projet de loi «se drapent dans les habits de la démocratie bafouée», «comme si le débat n’avait pas eu lieu depuis des années», Cécile Duflot souligne qu’il n’y a pas «davantage d’atteintes aux cultes, qui justifieraient que les grandes religions se mobilisent contre notre projet. Au contraire, je dis en tranquillité aux croyants: comment pourriez-­vous être menacés par un texte qui vise à faire reculer l’injustice?».

Elle conclut:«À mes yeux, accorder le droit au mariage et à l’adoption pour tous n’est pas une injonction à rentrer dans la norme. C’est en revanche une manière d’affirmer que les personnes homosexuelles n’ont pas à baisser la tête, que leurs unions ne sont pas des unions de seconde zone, que ni leur sexualité ni leurs amours ne sont honteuses, que l’époque où elles devaient vivre cachées est révolue, que le procès en dangerosité pour les enfants qu’elles pourraient élever est terminé.

«Nous réaffirmons une évidence: les personnes homosexuelles étant égales en dignité, elles doivent l’être en droits. Deux femmes, deux hommes peuvent s’aimer. Deux hommes, deux femmes peuvent élever des enfants. Ce que nos yeux voient, ce que l’esprit comprend, ce que nos cœurs nous disent, la loi doit le permettre.»

Rappelons que des élu-e-s issu-e-s du parti de Cécile Duflot ont présenté une proposition de loi, l’été dernier, au Sénat, pour l’ouverture du mariage aux couples gays et lesbiens, proposition bien plus complète que le projet de loi du gouvernement. Cette proposition de loi a aussi été déposée à l’Assemblée nationale par plusieurs député-e-s EELV à l’automne.

Photo DR

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis