Geraud Malard, le conseiller danse du festival Instances s’est rendu à plusieurs reprises en Afrique du Sud. D’où une programmation spéciale pour cette 10e édition, avec des chorégraphes souvent engagés dans leur pays. Parmi eux, on retiendra avant tout Dada Masilo, qui avec sa création Swan Lake a fait sensation à Lyon puis tout récemment à Paris, au musée du Quai Branly. Sur fond d’homophobie et de lutte contre le sida, ce spectacle revisitait le patrimoine chorégraphique (Le Lac des cygnes) avec humour, énergie et gravité. Pour Chalon, elle sera sur scène pour sa création, basée sur le mythe d’Orphée: The Bitter End of Rosemary.

Deux autres chorégraphes, tout aussi engagées, portent un regard sans concession sur le machisme ambiant en Afrique du Sud: Désiré Davids pour sa première prestation en France avec Coloured/Chameleon/ Dance et Nelisiwe Xaba avec Uncle and Angels et Sakhozi says «non» to the Venus.

Côté hommes, Gregory Maqoma, déjà star en Europe est en retrait des problématiques politiques. Selon Géraud Malard, son propos artistique reste très axé sur la question du métissage. Enfin, PJ Sabbagah (avec Éric Langlet) le seul Blanc de ce focus, c’est «la grande gueule» des chorégraphes sud-africains. Il s’interroge dans Somewhere Out There Life Was Screaming, sur la société sud-africaine, où le marché est roi et où tout devient un produit.

Photo: Élie Blanchard

Instances 10, Espaces des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône, du 20 au 24 novembre. Tout le programme sur www.espace-des-arts.com