Cher CSA,

Les choix éditoriaux de l’édition du 18 novembre 2012 du JT 19-20 Paris-IDF de France 3 m’ont profondément choqué (cliquer sur l’image pour voir la vidéo).

Je suis choqué qu’une chaine publique et supposément laïque puisse ouvrir une édition de son JT avec le portrait d’un prêtre.

Je suis choqué qu’un journaliste d’une chaine publique et supposément laïque puisse introduire son journal avec cette phrase: «En ce dimanche, jour du seigneur, allons à la rencontre d’un jeune prêtre».

Selon l’article 2 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État, la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

Or, ici, de toute évidence France 3, service public financé par l’État (donc forcément laïque), reconnait un culte chrétien et le brandit fièrement en ouverture de journal. De plus, la chaine a salarié une équipe pour réaliser un reportage qui fait la promotion d’une personnalité religieuse.

What gives?

Mais ce qui me choque par dessus tout c’est qu’une chaine publique puisse diffuser des propos discriminants envers une minorité, notamment ces propos homophobes d’une manifestante interrogée au micro de France 3 dans un autre reportage de la même édition du JT consacré à une manifestation… chrétienne:

«S’ils veulent développer un vice, que ce soit l’alcool, le tabac, la drogue ou l’homosexualité qui leur donne le sida et après ils viennent quêter pour la recherche, c’est leur problème!»

Il me semble que ces propos n’ont pas lieu d’être sur une chaine publique et il me semble même qu’ils sont borderline punissables par la loi:

Le Code pénal (article 225-1) indique que «constitue une discrimination toute distinction opérée entre personnes (…) à raison de leur sexe, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle». Les sanctions encourues peuvent atteindre 3 ans d’emprisonnement et 45000 euros d’amende.

Quid d’un média public qui les diffuse à une heure de grande écoute?

Que faire?

Laisser faire et se taire?

Niz Denox, organisateur des soirées Flash Cocotte