[mise à jour, 20/11/2012 à 13h10, ajout de nouveaux rassemblements]

Ce mardi 20 novembre est la Journée internationale en souvenir des victimes de la transphobie (TDoR). D’après les organisateurs/trices de cet événement annuel, chaque mois, au moins une personne trans’ meurt quelque part dans le monde en raison de son identité de genre. En France, Karima Saddiki, Cassandra et Nathalie en ont payé le prix au cours des dernières semaines.

La première était travailleuse du sexe à Limoges. Après que la justice a refusé de lui accorder un changement d’état civil alors qu’elle avait été opérée, elle s’est suicidée. Cassandra, elle, a été retrouvée morte dans une forêt proche de Rouen, le corps partiellement brûlé. Enfin, incarcérée au centre de détention de Caen, Nathalie s’est donné la mort vendredi avec un cordon électrique de télévision, a rapporté l’Observatoire international des prisons. L’administration pénitentiaire venait de lui refuser le droit de se faire appeler «Nathalie» et avait désapprouvé ses demandes de vêtements féminins.

Pour elles et pour tou-te-s les autres trans’ victimes de discrimination ou de violence, les associations Acceptess-T, Myriades Transs, Act Up Paris, Acthé et Id-Trans appellent à une veillée au pied des marches de l’opéra Bastille à 19h à Paris. Un autre événement est prévu à la même heure à Rennes, place de la Mairie. Ces rassemblements seront l’occasion de rendre hommage aux trois disparues, mais aussi de se mobiliser pour l’abrogation du délit de racolage, promise par François Hollande. Pour l’organisation Outrans, cette journée internationale est placée sous le signe du combat. «Notre rage est intacte, notre lutte est totale» est le mot d’ordre de l’association. Par ailleurs, SOS Homophobie Paca propose des projections de films et d’images dans des cinémas de la région. Le Centre GBLT de Rennes ouvre pour l’occasion un atelier «autour des transidentités» ce soir à partir de 19h30 dans son local. Enfin, l’association Support Transgenre Strasbourg appelle à un rassemblement samedi 24 novembre sur la place Kléber à 15h, toujours dans le cadre de la Journée internationale.

Le site officiel de la Journée internationale en souvenir des victimes de la transphobie.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln