«Manif pour tous» et contre-manif' à Paris: la… par yaggvideoDans le but de faire échouer le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour tous les couples, les opposant-e-s à cette mesure sont décidé-e-s à faire valoir l’argument du nombre. D’après les services de police, ils étaient 70000 à défiler de Denfert-Rochereau aux Invalides à Paris ce samedi 17 novembre. Les organisateurs/trices de la «Manif pour tous» en ont dénombré 200000 pour leur part, rapporte l’AFP.

Mené-e-s par Frigide Barjot et Xavier Bongibault, le président de Plus gay sans mariage, les manifestant-e-s ont entamé leur marche au son de Love Today de Mika… Leurs slogans n’étaient pourtant pas le reflet exact des aspirations du chanteur britannique. Plusieurs pancartes homophobes ont pu être observées dans le cortège. La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a réagi il y a quelques heures en condamnant ces insultes.

Face aux manifestant-e-s, des partisans de l’égalité des droits ont décidé de riposter, quitte à se trouver dans la clandestinité puisque leur rassemblement n’a pas été déclaré à la préfecture. D’abord dispersé-e-s par la police et le service d’ordre de la manifestation, ils/elles ont réussi à former un petit groupe en marge du cortège. Certain-e-s, comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessus, ont également tenté des actions individuelles.  Pour préserver l’image d’une manifestation sans accroc, les personnes chargées de la sécurité ont tout fait pour réduire au silence ces voix discordantes. Leurs interventions ont pu être musclées, mais jamais violentes.

Les contre-manifestant-e-s massé-e-s sur la place du 18 juin 1940, près de Montparnasse, ont misé sur le bruit et la couleur pour être vu-e-s et entendu-e-s. Scandant les mots «Égalité», «Laïcité» ou encore «Homophobes», ils/elles sont parvenu-e-s à capter l’attention au point que le service d’ordre de la manifestation a établi un «cordon sanitaire» pour empêcher les anti-mariage d’aller se frotter aux pro-mariage pour tous…

Voir aussi Des centaines de personnes se rassemblent à Paris contre Civitas

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln