Plusieurs dizaines de milliers d’opposant-e-s au projet de loi visant à ouvrir le mariage et l’adoption aux couples de même sexe ont manifesté ce samedi 17 novembre à travers la France. Si les consignes étaient de garder le sourire et de présenter un visage fréquentable de l’opposition à l’égalité des droits, de nombreuses pancartes homophobes ont été brandies, et les injures à l’encontre des contre-manifestant-e-s se sont multipliées.

C’est dans ce contexte que Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a publié un communiqué dans lequel elle affirme qu’«aucun dérapage» ne sera accepté.

«Le mariage pour tous est un progrès pour tous, estime-t-elle. En renforçant le mariage républicain, en l’ouvrant aux couples sans distinction fondée sur l’orientation sexuelle, la majorité tient les engagements du Président de la République.

«La France retrouve sa place dans la marche pour les libertés fondamentales et pour l’égalité des droits. C’est en défendant ainsi ses valeurs humanistes et solidaires que la France reprend le chemin du progrès.»

«Cette réforme est attendue par des milliers de familles dont les enfants sont aujourd’hui exposés à un risque inacceptable, faute de reconnaissance juridique, ajoute-t-elle. Elle est attendue par tous ceux qui subissent l’homophobie quotidienne, en famille, dans la classe, dans la rue ou au travail. Car ouvrir le mariage, c’est aussi permettre à la République de disqualifier la violence insupportable de ceux qui accordent moins de valeur à l’amour entre deux hommes ou deux femmes, qu’à l’amour entre un homme et une femme.»

Et d’insister:

«Ce débat, engagé depuis huit ans dans notre pays, doit être mené sereinement. Il s’agit de rassembler les Français et de faire progresser le droit pour tous, sans le faire reculer pour aucun. Nous n’accepterons aucun dérapage. Les instrumentalisations et l’agitation des amalgames et des fantasmes ne sont pas à la hauteur de l’enjeu de cette réforme. Elles ont été nombreuses il y a 14 ans, autour du débat sur le pacs. Les Français leur ont donné tort. Ceux qui tentent aujourd’hui de reproduire l’histoire devraient s’en souvenir.»

Photo via Twitter

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis