Il n’y a pas que les homophobes qui communiquent. Les pro-égalité commencent à le faire aussi. Ainsi, le député PS de la 1ère circonscription du Nord Bernard Roman, soutien sans faille de l’égalité des droits, a répondu à un courrier que lui avait fait parvenir l’Archevêque de Lille (lire Ma réponse aux Evêques de France sur son blog). Le courrier se veut très respectueux, mais ferme.

L’homme politique démonte un à un les arguments de l’Église, et notamment le recours à l’«anthropologie», nouvelle marotte des anti-égalité:

«Vous évoquez une “fonction anthropologique” du mariage. Mais du point de vue des anthropologues, notre modèle familial n’est pas universel, tant s’agissant du mariage que de la filiation. De surcroît, au regard de l’anthropologie, la cellule familiale ne se limite pas à être le reflet de la procréation dès lors que celle-ci peut désormais s’effectuer, du fait des progrès de la médecine, en dehors de la relation sexuelle. Il me semble donc discutable de considérer que le mariage établit un lien entre conjugalité et procréation. Même si, du point de vue de l’Église, le mariage religieux a pour fonction de consacrer ce lien, il est question ici du mariage civil.»

Bernard Roman rappelle ensuite que finalement le seul problème que peuvent rencontrer les enfants élevés par des homosexuel-le-s, c’est l’homophobie:

«Du point de vue de l’éducation des enfants au sein de familles homoparentales, les pédopsychiatres disposent désormais de longues années d’expérience et de recul qui leur permettent d’observer que les enfants élevés dans ces contextes ne présentent pas de différences en terme d’évolution, d’épanouissement, d’identité sexuée ni d’orientation sexuelle. Ces enfants en témoignent, leur principale difficulté est quelquefois d’affronter le regard des autres et l’intolérance.»

Et il rappelle pour terminer que le souci principal du gouvernement et du législateur avec cette loi, c’est bien l’égalité entre les citoyen-ne-s:

«Ce texte étend donc sans les modifier les dispositions actuelles du mariage, de l’adoption et de la filiation. Il le fait en vertu de l’égalité de tous les citoyens devant la loi, principe constitutionnel que je considère de mon devoir d’élu de la Nation de ne jamais perdre de vue.»

Photo Bernard-Roman.net

Suivez Xavier Héraud sur Twitter: folkfurieuse