«Nos détracteurs ont le droit de s’exprimer […], explique Arthur Vauthier, co-organisateur, mais quand ils monopolisent le discours dans l’espace public, on a envie de reprendre une place en tant que citoyens […] un peu révoltés».

Voir la vidéo