Troisième épisode de notre série «Le pacs comme si vous y étiez (encore)», sur les débats qui ont entouré l’adoption de la loi créant le Pacte civil de solidarité (pacs), au Parlement et ailleurs. Parce que l’ambiance actuelle ressemble à s’y méprendre à ce que nous avons vécu à la fin des années 1990, et en particulier en 1998 et 1999. Nombreux/ses sont les internautes de Yagg qui étaient trop jeunes à l’époque pour avoir gardé en mémoire la violence de cette période. Lorsque nous écrivons qu’il faut «se préparer psychologiquement à se faire insulter quotidiennement au nom de l’intérêt de l’enfant, de l’équilibre de la société, de l’avenir de l’humanité», nous parlons d’expérience. C’est cette expérience que nous partageons avec vous.

Il y a 13 ans aujourd’hui, le 15 novembre 1999, le Président de la République, Jacques Chirac, promulguait la loi créant le pacte civil de solidarité, adoptée par l’Assemblée nationale, après moult péripéties, le 13 octobre.

«Le pacs a 13 ans: aujourd’hui, qui est contre?, s’interroge Homosexualités et Socialisme (HES) dans un communiqué. Deux millions de personnes ont signé un pacs depuis 1999. Celles et ceux qui l’ont combattu, jusqu’au ridicule, ne trouvent plus rien à redire à cette innovation juridique venue de la société civile en 1992. Certain-e-s vont même jusqu’à demander son “amélioration”!»

«Pourtant, rappelle l’association, le pacs allait creuser “l’abîme moral dans lequel la France est plongée depuis la loi Veil sur l’avortement” (J.M. Le Chevalier, maire de Toulon). On nous prédisait une décadence “pire que celle de la fin de l’empire romain” (J. Foyer, ancien ministre de la Justice). Les député-e-s de la majorité allaient “remettre en cause les fondements de la famille” (motion de l’Unaf). “Comment va-t-on définir le crime de pédophilie” une fois le pacs voté, interrogeait l’un (P. Bédier, député des Yvelines) tandis que l’autre prédisait un “retour à la barbarie” (P. de Villiers, député de Vendée). Enfin, le pacs devait déjà contribuer “à la chosification des enfants soumis au bon plaisir des adultes” (C. Boutin, députée des Yvelines).»

«Rien de tout ça, bien sûr, ne s’est produit. Voilà de quoi réchauffer les plus frileux à la perspective d’ouverture du mariage et de la parentalité à tous les couples. Et alors que le parlement travaille sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, ces 13 années d’expérience donnent une idée assez précise de la distance qui sépare la réalité des prophéties répétée ces dernières semaines et très probablement, hélas, ce week-end, par des… oiseux de mauvaise augure.»

À l’occasion de cet anniversaire, nous vous proposons de (re)voir les interviews que nous avaient accordées, au moment des 10 ans du pacs, en 2009, le député-maire du XIe arrondissement de Paris Patrick Bloche, co-auteur et corapporteur de la proposition de loi; le juriste Daniel Borrillo, défenseur et bâtisseur de l’égalité des droits, et le député-maire de Bègles Noël Mamère, premier à célébrer un mariage entre deux hommes en France.

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur ‪Retour sur les 10 ans du Pacs‬