Michel Bourrelly est directeur de Sida: Fonds pour la mémoire. Après avoir reçu de nombreuses réponses à son courrier aux député-e-s, Michel Bourrelly a le sentiment que les opposants sont très mobilisés dans l’hémicycle.

«Reculer sur l’engagement 31 serait une faute gravissime», par Michel Bourrelly
Depuis des semaines comme tous les citoyens de ce pays, je subis les interventions des réactionnaires de tous poils, qu’ils soient des politiques de droite ou des religieux et même quelques politiques de gauche opposés à l’égalité des droits.

C’est au cours d’une intervention d’André Vingt-Trois, appelant les «bons Français» à interpeller leur député que j’ai eu l’idée de faire de même et d’écrire aux 577 députés.

Une courte lettre, en tant que citoyen et militant, à titre individuel, simple, leur rappelant (pour les élus de la majorité) l’engagement 31 du président Hollande et pour les députés de droite leur devoir d’œuvrer pour l’ensemble de la population, pour plus de libertés et de droits.

DES FEMMES DE GAUCHE CLAIRES DANS LEUR POSITIONNEMENT
Très rapidement, j’ai eu des réponses, et rapidement des réponses de femmes de gauche, claires sur leur positionnement et extrêmement engagées pour le mariage pour tous (Suzanne Tallard, Chantal Guittet, Barbara Pompili, Audrey Linkenheld, Isabelle Bruneau) avec des mots chaleureux, encourageants, comme ceux employés par Suzanne Tallard m’écrivant: «Parce que c’est une question d’égalité, parce que les droits et les intérêts de l’enfant sont garantis, nous avons la ferme intention de tenir notre engagement. Vous pouvez également compter sur ma présence dans l’hémicycle ainsi que sur l’affirmation de ma conviction dans les débats publics» ou plus simplement et plus sobrement comme Chantal Guittet: «Je serai présente et défendrai le mariage pour tous, soyez en assuré» et le plus court (on en est presque au style télégraphique), Yves Goasdoue, seul député homme de la majorité à avoir répondu, mais de son propre iPhone et osant un: «Vous pouvez compter sur moi!».

Barbara Pompili, elle, développe un argumentaire parfait, mais sans spécifiquement répondre à mes questions. On voit bien que c’est du prêt-à-porter, pas du sur-mesure. Audrey Linkenheld est complètement favorable au mariage, mais laisse entendre que tout ce qui touche à l’enfant reste un problème «qu’il faudra aborder et examiner de façon approfondie»!

PIERRE LELLOUCHE ATTAQUE TOUS LES PROJETS SOCIÉTAUX
Pour la droite c’est plus clair, plus monolithe et univoque. Yves Foulon, Pierre Lellouche et Bernard Accoyer revendiquent tous leur opposition au projet. Leur forme de réponse est cependant différente. Pierre Lellouche en profite pour attaquer directement la gauche tout entière et tous les projets sociétaux, citant «le vote des étrangers ou la reconnaissance de la répression des manifestants algériens en 1961», tandis que Bernard Accoyer se lance dans une dissection du projet et à une interprétation droito-catholique du projet du gouvernement, à travers l’utilisation d’arguments fallacieux tels que: «personne ne peut dire avec certitude si l’environnement, créé par le projet gouvernemental pour ces enfants, sans différenciation sexuée des deux parents, n’aura pas au long de l’existence, à distance ou après plusieurs générations des conséquences importantes. Nombreux sont les pédopsychologues, les pédopsychiatres et les psychanalystes à s’en préoccuper et à alerter la société sur ces conséquences potentielles». Des arguments qui sont très largement contredits par de nombreuses études. L’ancien président de l’Assemblée nationale, médecin, fait planer l’ombre d’un cataclysme sociétal et révèle des drames qui découleraient directement de cette loi en écrivant: «La suppression sur le livret de famille des mentions père et mère remplacées par celle de parents», ce qui vous en conviendrez avec moi, va changer notre vie de façon considérable. Bernard Accoyer fait aussi usage d’un slogan rodé par les associations familiales: «Ce projet donne la priorité au « droit à l’enfant » sur le « droit des enfants » et il y a là la raison majeure de mon opposition à ce projet pour lequel un grand débat public me paraît indispensable». Des éléments de langage qui semblent confirmer l’imbrication claire et parfaite entre ces mouvements traditionnels et l’UMP.

Le dernier représentant de l’ancienne majorité à m’avoir répondu, Yves Foulon, député maire d’Arcachon, lui se simplifie la vie et ne veut pas trop perdre de temps avec un citoyen qu’il a catalogué comme «étant de l’autre coté» à bien des égards. Il me fait parvenir deux tribunes qu’il a cosignées dans « Libération » et « Valeurs actuelles », appelant à un référendum.

Le petit exercice d’analyse des réponses auquel je me suis livré et qui n’a rien de scientifique montre que les femmes de gauche sont bien plus à l’aise pour défendre le mariage pour tous et tout ce qui en découle. Les hommes, ou plutôt, l’homme de gauche, étant très timide, lui. Les hommes de droite, eux, peuvent laisser libre cours à leurs idées rétrogrades et étroites, avec un argumentaire certes inadapté mais parfaitement huilé. Cette vision ne doit pas être exagérée, car il y a des élus de droite favorables au projet et des «poissons roses» du PS récalcitrants.

Les adversaires au projet de loi sont visiblement plus armés que ceux qui sont censés le défendre.

Il apparaît clairement que reculer sur l’engagement 31 serait une faute gravissime pour le chef de l’État et le gouvernement, cela ne ferait que vitaminer les détracteurs et cela décevrait durablement tous ceux qui comme moi veulent que le changement soit maintenu et maintenant.

Photo Michel Bourrelly participe au tumblr lancé par Yagg: Égalité maintenant.