À force d’entendre les partisan-e-s de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe et de la reconnaissance de l’homoparentalité dire que les pays qui ont franchi le pas avant la France n’avaient pas explosé en vol, Le Figaro a voulu montrer que «dans les familles arc-en-ciel, tout n’est pas toujours rose». Exemples à l’appui.

Ainsi en Grande-Bretagne, une femme a «craqué» en apprenant qu’un couple de lesbiennes allait avoir un enfant grâce au sperme de son mari, un donneur de sperme se voit réclamer une pension alimentaire, un juge a accordé une garde partagée à un homme qui payait les factures d’un couple lesbien avec qui il a eu 2 enfants; au Canada, un juge a dû décider qui bénéficierait des 13 paillettes de sperme congelé qui restaient après la séparation d’un couple lesbien; en Belgique, la justice a condamné 3 couples – dont celui de la mère porteuse, celui du père biologique et un couple néerlandais – pour «traitements inhumains et dégradants» à l’encontre d’une petite fille (il y a aussi un couple gay dans l’histoire mais pas dans les condamnés); au Texas, un homo demande la garde exclusive des jumeaux qu’il a eus avec une amie; en Australie, un juge a rayé de l’acte de naissance d’une enfant le nom du donneur de sperme pour faire figurer celui de l’ex-compagne de la mère (qui avait élevé l’enfant pendant 10 ans).

Alors, convaincu-e-s?

À lire sur Le Figaro.fr.